Bouffées de chaleur : essayez cette plante

89,6% des femmes ont déjà vécu l’une des situations suivantes propres aux bouffées de chaleur [1] :

  • Se réveiller en pleine nuit, trempée de sueur
  • Puis, grelotter le reste de la nuit car sa chemise de nuit et ses draps mouillés sont devenus glacés
  • Être fatiguée le jour suivant à cause de cette mauvaise nuit
  • Terminer la journée par une dispute avec son partenaire
  • Être prise par une soudaine bouffée de chaleur en pleine réunion… avoir le front en sueur et les joues brûlantes au point de devoir quitter la salle précipitamment
  • Avoir le cœur qui s’emballe
  • Être en nage dans ses vêtements

Ces bouffées de chaleur et sueurs nocturnes sont redoutables au quotidien.

On a longtemps pensé qu’elles n’apparaissaient que pendant un an, au moment de la ménopause, autour de la cinquantaine.

Aujourd’hui, on découvre que la période des bouffées de chaleur dure en moyenne plus longtemps : entre 2 à 5 ans. Elles apparaissent à la périménopause et cessent souvent quelques années après le début de la ménopause. 15 % des femmes les subissent même pendant 30 ans [2] !

Beaucoup se plaignent aussi d’avoir une humeur changeante et d’être excessivement émotives dans ces moments.

Quelle est l’origine des bouffées de chaleur ?

La ménopause est marquée par des baisses de sécrétion d’hormones.

Dans un premier temps, l’ovaire cesse de sécréter de la progestérone – l’hormone spécifique de la grossesse [3]. Les cycles vont alors devenir anarchiques (plus longs, plus courts, plus douloureux) jusqu’aux dernières règles.

Ensuite diminuent les sécrétions d’œstrogènes – les hormones spécifiques de la féminité. Cette chute est responsable des bouffées de chaleur, ainsi que de la sécheresse vaginale.

Avec la chute des œstrogènes, on observe que la région du cerveau qui contrôle la température du corps, l’hypothalamus, réagit d’une façon qui reste inexplicable : il considère que le corps est en surchauffe.

Dans la panique, l’hypothalamus ordonne au système nerveux central d’évacuer du corps l’excès de chaleur supposé. Les vaisseaux périphériques vont alors se dilater, et les glandes sébacées vont s’activer. Ces mécanismes peuvent faire monter la température de la peau de 2,5°C [2]. C’est alors que vous sentez la bouffée de chaleur vous envahir.

Quelques bonnes habitudes à prendre

Pour mieux gérer vos bouffées de chaleur, il suffit souvent de prendre les bonnes habitudes du Dr Danielle Roux-Sitruk [3] :

  • Choisissez des vêtements confortables, en lin ou en coton – mais pas en matière synthétique.
  • Évitez les pulls à col roulé qui risquent d’accentuer les bouffées de chaleur.
  • Ne mangez pas trop de plats épicés. Attention à ne pas boire trop d’alcool.
  • Essayez de toujours avoir une bouteille d’eau fraîche avec vous.
  • Si vous le pouvez, travaillez dans une pièce bien ventilée… à côté de la fenêtre ou d’un ventilateur.

Les huiles essentielles de palmarosa ou de sauge sclarée mélangées à un savon liquide ou un lait pour le corps sont efficaces pour maîtriser la transpiration soudaine.

Et les traitements hormonaux substitutifs ?

C’est un sujet très complexe qui mérite d’être traité à part.

En résumé, les traitements hormonaux substitutifs (THS) proposés ont des résultats mitigés.

Leur nocivité à long terme reste controversée [2].

Il pourrait s’écouler encore des dizaines d’années avant que la communauté scientifique ne démontre avec certitude que les THS sont sans danger.

En attendant, pour vous soulager immédiatement, il existe des plantes reconnues pour atténuer les bouffées de chaleur.

Solutions naturelles : les plantes

Les plantes sont la meilleure alternative aux traitements hormonaux substitutifs.

1. Alimentation Dans votre alimentation, vous pouvez facilement obtenir des phytohormones, douces et actives.

Les phytohormones semblent plus efficaces sur les femmes qui subissent déjà des bouffées de chaleur fréquentes (5 par jour) [3].

Les aliments les plus riches en phytohormones sont les lentilles, le soja et les haricots rouges. La nature a bien fait les choses, puisqu’ils sont délicieux et faciles à accommoder.

Thierry Souccar explique qu’on en trouve aussi en quantités plus faibles dans les pois chiches, les haricots verts, les brocolis, les asperges cuites, les groseilles, les pamplemousses, les raisins secs, les noisettes, et les cacahuètes [2].

Remarque : Beaucoup vous diront que les phytohormones du soja provoquent le cancer (du sein en particulier). Ces attaques sont largement exagérées. La dernière synthèse d’essais cliniques publiée en 2014 a conclu que le soja diminuait marginalement le risque de cancer [4].

C’est qu’il faut retenir, c’est que l’impact sur le cancer est minime… Tellement imperceptible qu’on peine à le quantifier. C’est le point en commun entre toutes les études (positives ou négatives) sur le soja – elles ne remarquent aucune variation significative. Julien Venesson conclut donc dans Alternatif Bien-Être : « La consommation régulière de soja n’est ni nocive ni bénéfique au regard du risque de cancer du sein [5]. »

Bien sûr, les personnes atteintes de cancer devraient limiter le soja par précaution. Mais plus généralement, personne ne devrait abuser du soja. De même avec tous les aliments.

Par le passé, les Asiatiques eux-mêmes mangeaient du soja avec parcimonie [5].

2. Complément à base de plantesUne des plantes les plus efficaces contre les bouffées de chaleur est l’actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa).

L’actée à grappes noires surprend car elle ne contient pas de phyto-œstrogènes. Son mode d’action est différent : il semblerait qu’elle agisse sur les récepteurs de la sérotonine [6].

Cela fait longtemps que les Indiennes d’Amérique du Nord utilisent l’actée à grappes noires pour calmer les règles douloureuses [7].

Depuis les années 40, les thérapeutes la prescrivent pour atténuer les symptômes de la ménopause : en particulier les bouffées de chaleur, mais également l’excès de sueur, les troubles du sommeil, la dépression et l’anxiété [6].

Dans la plupart des études, les comprimés utilisés sont des extraits normalisés à 1 mg de 27-déoxyactéine. La dose est de 1 à 2 comprimés, 2 fois par jour.

L’actée à grappes noires est souvent couplée au millepertuis – qui cible les sautes d’humeur fréquentes à la ménopause [6]. Ensemble, ils forment un cocktail qui couvre la plupart des symptômes de la ménopause.

L’actée à grappes noires est contre-indiquée pendant les grossesses et l’allaitement… ainsi que chez les personnes ayant le foie endommagé ou qui prennent des médicaments qui fragilisent le foie.

Lisez de près les étiquettes, il s’agit bien de l’actée à grappes noires, et non à grappes bleues ou blanches qui, elles, sont toxiques.

Bien à vous,

Eric Müller




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Ce champignon combat le cancer avec vous En cas de cancer, on constate une mutation de votre ADN qui conduit à une croissance anormale de vos cellules. On connaît 3 causes à ces mutations ...
Cocktail anti-cancer du pancréas Voici un secret pour réduire votre risque de cancer du pancréas – le plus foudroyant des cancers. Il vous suffit de surveiller vos apports en sélén...
Le bouclier des Scandinaves contre la grippe et le rhume L’échinacée d’Inde n'est pas l'échinacée classique (Echinacea angustifolia), pourtant très efficace également en soutien du système immunitaire. En...

[1] Older women still suffer from hot flushes and night sweats years after the menopause, Int. J. of Obstretrics & Gynaecology

[2] Thierry Souccar, Bien Vivre sa Ménopause, Les Dossiers de Santé & Nutrition, N°24, septembre 2013, SNI EDITIONS

[3] Dr Danielle Roux-Sitruk, Vivre sa ménopause avec bonheur, Plantes & Bien-Être, N°2, juillet 2014, SNI EDITIONS

[4] Chen M, Rao Y, Zheng Y, Wei S, Li Y, Guo T, Yin P. Association between soy isoflavone intake and breast cancer risk for pre- and post-menopausal women: a meta-analysis of epidemiological studies. PLoS One. 2014 Feb 20;9(2):e89288.

[5] Julien Venesson, Ces Questions qui vous Tracassent, Alternatif Bien-Être, N°107, SNI Editions

[6] Geller SE, Studee L. Contemporary alternatives to plant estrogens for menopause . Maturitas. 2006 Nov 1;55 Suppl 1:S3-13. Review.

[7] http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=actee_grappes_noires_ps


19 réponses à “Bouffées de chaleur : essayez cette plante”

  1. Béatrice dit :

    Merci pour vos lettres d’information oh combien intéressantes !
    J’apporte ma petite pierre à l’édifice des remèdes anti-bouffées de chaleur : 3 à 4 comprimés de galanga par jour (par ailleurs très bon pour la circulation sanguine), et depuis, plus aucun symptôme !

  2. Isabelle dit :

    Attention! Je lis plusieurs posts louant les mérites du cimifuga et qui s’insurgent parce qu’il a été retiré du marché. Cependant, LISEZ bien la composition de ce que vous ingurgitez! Le cimifuga contient en effet du mercure (mercurius solubilis). Même à dose infime, le mercure est à proscrire absolument et définitivement, toute personne qui se réclame de la médecine naturelle devrait le savoir!!

  3. Dauriannes Françoise dit :

    Je suis étonnée d’entendre parler d’interdiction du Cimicifuga en TM car j’en prends depuis 10 ans prescrit par mon homéopathe et mon pharmacien m’en fournit toujours L’autre nom de cette plante est Actea Racemosa j’en ai aussi en granules et ce traitement est très efficace associé à des granules de Hypophysine
    FD

  4. Frédérique dit :

    Bonjour Éric, permettez moi de partager mon expérience : je suis menauposee depuis 2 ans. Il se trouve que je présente une contre-indication formelle contre le traitement hormonal de substitution. Ma gynécologue, en Suisse je précise, me prescrit la seule alternative, un produit d’un laboratoire Suisse, le Cimifémine, qui , comme son nom l’indique, est un concentré de cimicifuga. Prix environ 100 CHF la boîte… Important, je vous précise comment mon assurance maladie fonctionne : il s’agit d’une assurance gérée directement par l’organisme international pour lequel je travaille, qui n’est pas L’ONU. C’est l’organisation qui gère les remboursements, et ils ont un système de réassurance avec Allianz. C’est important de savoir que si Allianz ne gère pas directement ils ont leur mot à dire sur ce qui doit être couvert.. Or Allianz a décidé qu’ils ne couvrirait aucun produit de phytothérapie ! Le produit prescrit par ma gynécologue est couvert par les assurances maladies Suisses normales, il faut aussi le savoir. Je me suis trouvée devant un refus catégorique de remboursement de ce produit ! J’ai produit un certifié ma gynécologue démontant la contre-inaction formelle, rien n’y fait! Ils refusent le traitement. Or, je n’ai pas un salaire de ministre, j »ai dû donc renoncer à ce produit, pourtant efficace. En cherchant sur internet, j’ai trouvé du cimicifuga en poudre produit par le Laboratoire Dplantes. Il est raisonnable de prix. J’en prends 6 gélules par jour et ajoute par périodes aussi de la sauge. J’arrive à avoir Mons de bouffée de chaleur, mais c’est pas du 100%… Il serait bien de faire une enquête pour savoir qui se cache derrière Allianz…. On trouverai « Bing pharma » que je ne serais pas étonnée…. Bien à vous

  5. Sabine dit :

    J’ai trouvé la méthode pour la ménopause. Je le suis depuis 3 ans et je n’ai eu aucun symptômes. Voici comment. Mon corps est vivant, mes cellules sont donc vivantes donc je leur ai parlé ! oui véridique… J’ai eu UNE FOIS une bouffée de chaleur et j’avoue c’est un sentiment fort désagréable. Je me suis donc dit que ça n’était juste pas possible. J’ai donc dit à mon corps tous les soirs pendant quelques jours que je comprenais bien que le fonctionnement allait changer mais que mes petites cellules étaient tout à fait aptes à gérer ces modifications normales dans la vie d’une femme qui a eu des enfants et qui n’a plus besoin d’en avoir d’autres. Et que donc j’avais totale confiance en elles pour gérer la situation et que j’était entièrement confiante sur le fait que tout allait simplement bien se passer et que je resterais femme tout de même parce qu’elles continueraient à fonctionner mais différemment.
    Et hop, voilà terminé. pas de prise de poids, pas de bouffées, pas de sécheresse ni autres désordres que nous générons par notre manque de confiance en une mécanique extraordinaire qu’est notre corps. J’espère sincèrement que cette expérience pourra en aider un bon nombre.

  6. finance dit :

    J’ai lu avec intérêt ces messages mais je peux dire qu’aucun des remèdes qui ont fonctionné pour ces personnes n’ a pour moi été efficace. C’est même parfois l’effet inverse que j’ai constaté, pour ce qui concerne le houblon et la sauge. J’ai des bouffées de chaleur depuis l’âge de 45 ans et donc depuis 10ans. Je ne mange ni viande ni laitage et ne suis pas en surpoids. Très peu d épices et très peu de vin car les 2 accroissent les désagréments. J’en connais un rayon mais suis toujours à l’affût des conseils dans ce domaine, alors n’hésitez pas, merci

  7. Perelli Christiane dit :

    Contre les bouffées de chaleur, ma doctoresse homéopathe m’a prescrit du YAM (du laboratoire Fenioux). J’ai pris 1 gélule par jour pendant 3 semaines et arrêt d’une semaine. Après 3 mois, je n’ai plus eu de bouffées de chaleur.
    Merci pour toutes vos lettres

  8. ROSSATO dit :

    Article très intéressant pour les bouffées de chaleur dont je prends bonne note. Pour le moment, j’en ai très peu sans doute parce que je ne suis qu’à la pré-ménopause. Par contre, je suis très embêtée par de très fortes hémorragies pendant les règles. J’essaye un traitement homéopathique mais existe t’il des plantes ou autres traitements naturelles pour m’éviter d’en arriver au point de prendre des anti coagulants ou des hormones ? Merci.

  9. BLANCHER Jacqueline dit :

    JACQUELINE – Tout comme Capucine, j’ai vu mes problèmes de pré ménopause et de ménopause disparaître avec des cures de plantes en tisane : Vigne rouge, sauge, achillée millefeuille avec succès.. Durant une période hémorragique j’ai eu recours à l’argile en cataplasme au bas ventre et une nourriture sans laitage, sans sucre , avec légumes, fruits peu de viande,, le tout avec beaucoup de résultats positifs puisque j’ai pu ainsi éviter l’ablation de l’utérus et passer toutes ces années critiques en douceur, en pleine forme. Aujourd’hui je continue malgré mon âge à bien me porter et à garder en continu le poids de mes 20 ans.. Merci à « Dame Nature ». Merci à vous de permettre ainsi ces échanges et de nous faire découvrir encore bien d’autres remèdes naturels.

  10. Mylène PIEVIC dit :

    J’ai pris du cimicifuga racemosa suite à la réception de votre lettre d’information à ce sujet l’année dernière, ça a très bien marché les premiers mois, malheureusement ça ne marche plus aujourd’hui, je dois trouver autre chose, et les expériences racontées ici vont donc me servir. Merci.

  11. Dominique York dit :

    Bonjour,
    Comme beaucoup d’autres, j’ai souffert de bouffées de chaleur à partir de 45 ans, et c’est toujours le cas, même si moindre, aujourd’hui 23 ans plus tard. A l’époque et pendant plusieurs années, le Cimicifuga en teinture-mère, 50 gouttes par jour, m’a beaucoup soulagée.
    Et puis, un beau jour, la vente en a été interdite, sous prétexte d’un danger… de quoi ? le pharmacien a été incapable de me renseigner à l’époque.
    Le flacon suivant, en dilution D1, n’a eu aucun effet. Depuis, les bouffées de chaleur me poursuivent. Merci aux autorités sanitaires !

    Dominique31

  12. rené dit :

    BONJOUR
    qu’en est-il pour un homme traité par decapeptyl après chimio pour un cancer de la prostate?
    merci beaucoup

  13. BRIAND dit :

    Bonjour Eric,

    Ancienne abonnée à votre lettre, ainsi qu’à celle de J.M. Dupuis, je vous apporte une information concernant les bouffées de chaleur que je n’ai jamais vu mentionnée…
    Etant ménopausée depuis 10ans, j’ai très vite constaté que les produits fromagés étaient souvent à l’origine de bien des bouffées, surtout les produits de vache. Avec ma fratrie et mes patientes, nous avons fait des essais de retrait complet pendant 15 jours, puis institué une reprise de 2 produits par semaine venant de chèvre ou brebis. Pour beaucoup, les bouffées de chaleur ont disparu. Au delà de 3 produits/semaine, les bouffées ont repris…
    Chacune a testé ce qu’elle peut consommer sans être dérangée.
    Merci de vos courriels toujours très instructifs et belle journée.
    Elisabeth.

  14. Noëlla dit :

    Vos lettres m’intéressent beaucoup et particulièrement celle d’aujourd’hui. Je souffre toujours des bouffées de chaleur alors que je suis ménopausée depuis 13 ans. Je cherche des alternatives aux médicaments et vos articles m’aidera beaucoup. Merci encore

    • risson dit :

      BONJOUR Si cela peut vous être utile de très bon résultats en portant ce patch nutritionnel et énergétique le Powerstrip. Vous pouvez vous le procurer sur ce site : https:// energie-sante-naturel.fr cordialement

  15. LESTRADE LAURENCE dit :

    Bonjour, j’ai trouvé un traitement 100% naturel à base de pollens et qui agit sur moi avec 200% d’efficacité. C’est Sérélys, les effets se font ressentir à partir de 3 semaines d’utilisation (pour mon cas). Je le trouve en pharmacie, parapharmacie ou sur internet. Le prix le moins cher est de 20 euros non remboursable. Je complète avec Millepertuis (2 gélules par jour) en traitement de 10 jrs par mois pour la 1ère année. Je n’en changerai pour rien au monde tant je me sens bien dans ma peau. Au plaisir

  16. Michelle dit :

    Bonjour,

    Ménopausée à 56 ans, je n’ai pratiquement pas connu de bouffées de chaleur.
    J’ai eu la chance à cette période-là d’être suivie par un thérapeute en médecine chinoise pour aller vers une autre alimentation suite à une sciatique qui m’a bloquée 3 semaines.

    J’ai vite compris que lorsque je mangeais un peu trop les bouffées de chaleurs survenaient. Je me suis auto-régulée en toute conscience et tout s’est bien passé et se passe encore bien.

    Il me semble avoir compris que selon les médecins chinois, les bouffées de chaleur signifient « excès de… ». Maintenant, à chacune de savoir quel est l’excès. Pour moi, il s’agissait de la nourriture. Sans me goinfrer, je dépassais la dose nécessaire à mon organisme. Merci de vos lettres, c’est toujours un plaisir d’apprendre, de découvrir…

    Cordialement,
    Michelle

  17. Florence dit :

    Bonjour,
    Vos lettres sont toujours intéressantes et je prends grand plaisir à m’instruire et découvrir de nouveaux moyens de se soigner.
    Personnellement, mes bouffées de chaleur se sont arrêtées net lorsque j’ai pris du Gattilier. Il a également la faculté de supprimer les douleurs des règles !
    Voilà, je voulais juste partager mon expérience 😉

  18. Capucine dit :

    J’ai vaincu les bouffées de chaleur et autres désagréments de la ménopause avec l’acupuncture et les plantes. A cette époque, on ne connaissait pas encore toutes les plantes utiles. Je me suis tournée vers la sauge et le houblon qui m’ont tirée de là en deux mois. Je n’ai plus jamais eu de problème. Je prends toujours de la sauge accompagnée d’achilee millefeuille et je me sens très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez votre email pour recevoir les flashs-infos

gratuits Néo-nutrition dans votre boîte de messagerie...

 

Et recevez le dossier cadeau...

Valeur Totale : 24,95€

Pour vous GRATUIT

Parfait !

 

Vous allez recevoir votre dossier cadeau dans quelques minutes à l'adresse indiquée.

 

A très vite,

Eric Müller