Le fer, un minéral aussi indispensable que dangereux

Le fer est un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de votre organisme. C’est bien simple : vous ne pouvez pas être en bonne santé si vous en manquez.

Les femmes qui ont des règles abondantes sont particulièrement concernées par ce risque.

Le problème est que, à l’inverse, la présence de quantités trop importantes de fer dans le corps peut entraîner de graves problèmes de santé.

Le fer est un minéral indispensable pour jouir d’une bonne santé

Au début du XXe siècle, le chimiste français Gabriel Bertrand a découvert que la présence du fer, bien qu’en toute petite quantité, jouait un rôle essentiel au sein de notre organisme.

Le fer est présent dans l’hémoglobine des globules rouges qui transportent l’oxygène vers les cellules de votre corps. Il est également présent dans la myoglobine, une substance qui aide vos muscles à mettre de l’oxygène en réserve.

Le fer participe à plusieurs processus vitaux :

  • Il joue un rôle essentiel dans la production de l’adénosine triphosphate (ATP), la molécule d’énergie de chacune de vos cellules.
  • Il aide votre système immunitaire à résister aux infections.
  • Il participe à la régulation de plusieurs fonctions essentielles dont la température de votre corps et votre résistance à l’effort.
  • Il intervient dans le développement de vos fonctions cognitives et la production de vos neurotransmetteurs.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 25 % de la population mondiale souffre d’anémie, un manque de globules rouges dans le sang [1]. La moitié de ces cas serait due à une anémie ferriptive (carence en fer) qui se caractérise par une diminution du nombre de globules rouges dans le sang ou de leur teneur en hémoglobine.

Une anémie légère n’a pas de conséquence grave sur la santé mais provoque tout de même une grande fatigue physique, l’impression de « ne plus avoir de force », des vertiges, une déprime, les jambes qui flageolent ou un essoufflement au moindre effort.

Si vous souffrez de ces symptômes, il est possible que l’origine de ces troubles soit une carence en fer.

Si la carence en fer n’est pas traitée, elle entraîne parfois de graves problèmes de santé comme des troubles cardiaques ou, pour les femmes enceintes, un risque accru de naissance prématurée.

De nombreux facteurs peuvent causer une carence en fer

Dans notre alimentation, on trouve le fer sous deux formes : le fer héminique hautement biodisponible (taux d’absorption 15 à 20 %) qui provient de la viande et du poisson, et le fer non héminique (taux d’absorption 3 à 5 %), que l’on trouve dans les végétaux, les produits laitiers et les œufs.

Le fer des aliments du règne végétal étst moins bien absorbé que celui du règne animal.

Si vous êtes un adepte du végétarisme ou que vous consommez peu de protéines animales, je vous recommande de consommer un aliment riche en vitamine C durant vos repas (ex : poivron rouge, brocoli, choux de Bruxelles, jus d’orange, etc.), de faire germer vos légumineuses et de limiter la consommation de céréales complètes pour améliorer l’absorption du fer.

Pour les femmes en âge de procréer et les enfants en croissance, sachez que les besoins en fer sont physiologiquement élevés et ne sont pas toujours couverts par l’alimentation, non pas en raison d’une trop faible consommation de viande ou de poisson mais à cause de l’apport excessif d’autres éléments qui bloquent l’absorption du fer (voir plus loin).

Enfin, avec l’âge, certains facteurs peuvent augmenter le risque de subir les effets d’une carence en fer :

  • Une diminution de la capacité d’absorption des nutriments essentiels pouvant entraîner des risques de carence en fer malgré des apports alimentaires globalement suffisants.
  • Un faible apport de vitamine C provenant d’aliments qui en sont riches (agrumes, poivrons rouges et verts, brocoli, chou…).
  • Un apport élevé en calcium.
  • Un faible apport de fer héminique (le type qui est le mieux absorbé et qui se trouve dans les aliments d’origine animale comme la viande, la volaille et le poisson).
  • Certaines maladies chroniques et d’autres conditions qui peuvent affecter votre taux de fer.

Par ailleurs, la cause la plus fréquente de carence chez les personnes de plus de 50 ans est la perte de sang dans l’estomac et les intestins. Les causes de ces pertes de sang sont nombreuses : polypes, cancer de l’estomac et ou du côlon, ulcère gastro-duodénal, hernie hiatale, hémorroïdes, diverticulose, prise d’anti-inflammatoires…

Comment réguler votre taux de fer

Le fer est reconnu depuis longtemps comme un nutriment essentiel et l’efficacité de l’usage des suppléments de fer pour combattre les carences est également avérée de longue date.

Or, depuis quelques années, les chercheurs se sont penchés sur les conséquences d’un excès de fer dans l’organisme. Le corps humain possède peu de mécanismes d’élimination de cet oligo-élément, si bien qu’il s’accumule facilement. Dans les cas où il est en excès, il se transforme en un puissant oxydant au sein des tissus cellulaires et il pourrait être à l’origine de problèmes cardiovasculaires, de diabètes et de cancers [2]. Au final, l’excès de fer pourrait se révéler nettement plus dangereux qu’une carence.

Dans un cas comme dans l’autre, vous pouvez facilement évaluer si votre taux de fer est optimal. Pour cela, vous devez réaliser une analyse sanguine et mesurer votre taux de ferritine, une protéine qui sert à emmagasiner le fer. Si vous souffrez d’une carence en fer, votre taux de ferritine sera inférieur à 30 ng/mL. Si ce taux est supérieur à 100 ng/mL, c’est que vos apports en fer sont trop élevés. S’il est supérieur à 150 ng/mL, vous êtes en excès.

Si vous constatez que votre taux de ferritine est trop élevé, la solution est assez simple, vous devez donner votre sang. Il faudra réaliser 1 à 3 dons par an pour retrouver un taux de ferritine normal (entre 40 et 60 ng/ml). Si nécessaire, vous pouvez faire jusqu’à 1 don par mois sans encourir de risque pour votre santé. Bien entendu, vous devez également arrêter toute supplémentation contenant du fer. Réduire votre consommation de viande rouge pourra également aider à diminuer votre taux de fer.

Si au contraire vous souffrez d’anémie due à une carence en fer avérée, vous devrez recourir à un complément alimentaire contenant du fer. Dans ce cas, le choix d’une supplémentation en fer doit tenir compte de deux critères essentiels : la biodisponibilité et l’innocuité de la forme de fer utilisée.

Choisir un complément en fer

D’après plusieurs études, le fer sous forme organique, lié à des acides aminés, jouit d’une meilleure absorption intestinale et d’une bien moindre agressivité que les formes minérales généralement utilisées dans les médicaments anti-anémiques [3].

Sur le marché depuis plusieurs années, le complément alimentaire FERALIM apporte du fer sous une forme liée à des acides aminés, le bisglycinate de fer, hautement assimilable, et tous les cofacteurs connus à ce jour nécessaires à sa métabolisation (vitamines B6, B9, B12, cuivre, manganèse, molybdène, taurine), ainsi que des éléments favorisant son absorption intestinale et l’innocuité des résidus de fer non absorbés (sélénium, vitamine C, lactoferrine, caroténoïdes et oligosaccharides prébiotiques).

Cette formulation particulièrement complexe garantit l’efficacité du produit sans entraîner d’effets secondaires néfastes comme on le voit trop souvent avec les produits vendus en pharmacie (douleurs abdominales, nausées, troubles du transit, etc.).

Dans le cas d’un déficit modéré en fer, hors grossesse (taux d’hémoglobine 11-12 g/100 ml), 3 comprimés de Feralim par jour suffisent à rétablir des taux hématologiques normaux.

Pour une meilleure absorption, il est conseillé de manger plus de fer pendant la supplémentation (viande maigre, poisson, fruits de mer, oeuf). Bien entendu, il faudra éviter les nutriments qui bloquent le fer (produits laitiers, café, thé, etc.).

Dans le cas d’un déficit modéré en fer en fin de grossesse ou d’un déficit plus important hors grossesse (taux d’hémoglobine 10-11 g/100 ml), 6 comprimés par jour peuvent être nécessaires.

Des doses supérieures peuvent s’avérer utiles en cas de plus grands déficits en fer (taux d’hémoglobine inférieurs à 10 g/100 ml). Dans ce cas, un suivi médical sera indispensable.

Portez-vous bien,

François Mercier & Eric Müller




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Glycation : Ne laissez pas votre corps se caraméliser de l’intérieur... Avez-vous déjà préparé du caramel pour vos desserts festifs ? Chaque fois que cela m’arrive, je suis toujours troublé par le processus. Ça comme...
Probiotiques à base de lait La flore intestinale regroupe des milliers de milliards de bactéries qui colonisent votre tube digestif. Elles le nettoient et l'entretiennent. Elles ...
Cigarette, alcool, sucreries : avez-vous essayé le kudzu ? Le kudzu est une plante curieuse originaire d'Extrême-Orient. Elle est utilisée depuis des milliers d'années dans la médecine chinoise pour soigner le...

[1] Organisation mondiale de la santé. Worldwide prevalence on anaemia 1993-2005 Summary of the worldwide prevalence on anaemia [Consulté le 17 février 2011] World Health Oganization

[2] Lund E. K., Wharf S. G., Fairweather-Tait S. J., Johnson I. T. Oral ferrous sulfate supplements increase the free radical-generating capacity of feces from healthy volunteers. Am J Clin Nutr. 1999 Feb ; 69(2) : 250-5.

[3] Walker A. F., Marakis G., Christie S., Byng M. Mg citrate found more bioavailable than other Mg preparations in a randomised, double-blind study. Magnes Res. 2003 Sep ;16(3) :183-91.7.

Hendricks G. M., Guo M. R., Kindstedt P. S. Solubility and relative absorption of copper, iron, and zinc in two milk-based liquid infant formulae. Int J Food Sci Nutr. 2001 Sep;52(5):419-28.

[4] Leila Lhaneche, L’Analyse Sanguine pour les Nuls : le Fer, Alternatif BIen-Être N°93, SNI EDITIONS


9 réponses à “Le fer, un minéral aussi indispensable que dangereux”

  1. Francis dit :

    Il faut rappeler la mauvaise tradition de la cuisine française qui consiste à servir de fromage à la fin d’un repas où il y a eu de la viande rouge.L’assimilation du fer contrarie celle du calcium et inversement.Le fromage,c’est pour le petit déjeuner !

  2. elisabeth dit :

    Bonjour , merci pour toutes ces explication très claires, j’ai un taux de ferritine au dessus de la norme, mon médecin dit que c’est normal, c’est dû à la ménopause, que le taux augmente quand on est ménopausée.
    Quel est votre avis ? vous nous avez pas parlé de ce cas .

  3. suzanne dit :

    Dans les années 50, j’ai souffert d’une très grave anémie ; j’en ai été sortie grâce au plasma de Quinton, en très peu de temps, l’effet ayant été spectaculaire ; pourquoi cette médecine tellement simple a-t-elle été oubliée ? on peut toujours se procurer du plasma de Quinton au CSBS, où l’on peut- l’acheter au litre ; c’est plus pratique et cela revient moins cher qu’en ampoules ; ce centre est dirigé par le professeur Soriano dont je conseille à tous de regarder les vidéos ; on peut poser toutes les questions que l’on veut sur le site du centre ; la réponse est assurée et apportée par une thérapeute ; je précise que le plasma de Quinton peut-être utile pour bien d’autres problèmes, agissant en aidant le corps à se régénérer

    • Valérie dit :

      une personne qui a suivi une formation sur le plasma marin de Quinton m’a dit qu’en fait les hôpitaux se servaient de ce produit jusqu’à l’oubli, un jour, du renouvellement, auprès des hautes autorités médicales, qui se faisait chaque année… et il est parti aux oubliettes….. c’est comme l’argent colloïdal qui a été supplanté par les antibiotiques….

  4. peyronnel dit :

    qu’en est il de l’hémochromatose…
    Vous n’en parlez pas

  5. anna dit :

    Bonjour, et merci pour cet article très intéressants concernant le fer et qui m’a rappelé que j’ai toujours eu ce souci de carence en fer (jamais pu identifier les causes ) et qu’à ma dernière grossesse, j »ai pris du floradix que j’ai préféré au tardiféron…Et dernièrement j’ai reçu le conseil pour du supraminéral … que pensez-vous de ces deux produits par rapport à votre proposition ?

    En ce moment, je suis essoufflée, et mon cœur s’emballe ! Alors finalement, grâce à votre article, je suis décidée à faire une prise de sang…depuis ma dernière grossesse il y a un an et demi, je n’ai pas vérifier…

    Merci infiniment pour votre travail et toutes ces informations précieuses 🙂

  6. Nelly B dit :

    Bonjour,

    Un taux élevé de fer peut être dû à l’hémochromatose, maladie génétique peu connu mais très répandu , surtout en Bretagne, Le seul soin est la saignée, après recherche des gènes responsables de cette maladie…

    • Francis dit :

      Ce n’est pas la saignée,c’est le don du sang.

      • Lucie dit :

        Bonjour,
        J’avais lu dans un autre courrier qu’il fallait éviter le fer dans les compléments alimentaires. Pour la raison évoquée : il était écrit que le fer non associé à l’alimentation s’ oxydait et devenait nocif.
        Alors que penser?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connaissez-vous les 8 effets incroyables du gingembre ?

Bénéficiez de l'offre spéciale pour recevoir le dossier gratuit sur le gingembre et la lettre d'information Néo-nutrition !