Alerte : cette huile « santé » n’en est pas une

Aujourd’hui, je vous dévoile l’une des plus grandes impostures nutritionnelles actuelles. Il s’agit d’une huile qui sent bon les tropiques et que tout le monde présente comme un « superaliment ». C’est simple, vous pouvez tout faire avec : cuisiner, vous démaquiller, nourrir vos cheveux, blanchir vos dents, apaiser un coup de soleil, soulager l’eczéma…

L’avez-vous reconnue ? Je parle de l’huile de coco.

Malgré tout ce que vous pouvez lire à son sujet, cette huile semble tout sauf bonne pour notre santé. C’est notamment ce qu’affirme la directrice de l’Institut de prévention et d’épidémiologie des tumeurs à l’Université de Fribourg et la professeure à la Harvard TH Chan School de la santé publique, Karin Michels [1]. Lors d’une conférence allemande, elle a ainsi démontré que l’huile de coco était même le pire aliment que nous pouvions manger car elle contient presque exclusivement des acides gras saturés qui peuvent obstruer les artères coronaires [2].

2 fois plus de graisses saturées que l’huile de palme 

Dans un premier temps, je tiens à remettre les choses au clair : l’huile de coco n’est pas une huile. Obtenue à partir d’un pressage à froid de la chair fraîche de la noix de coco, elle contient 90% de graisses saturées. Une quantité astronomique ! Rendez-vous compte, c’est presque 2 fois plus que l’huile de palme et autant qu’un pain de friture à 2% près.

Pour vous donner une idée plus concrète vous trouvez :

  • 60% de graisses saturées dans le beurre, 
  • 49% dans l’huile de palme
  • 30% dans le lard, 
  • 15% dans l’huile d’olive 
  • Et seulement 7% dans l’huile de colza.

Avec un tel taux, difficile donc de la considérer comme une huile, il faudrait plutôt parler de graisse de coco.

Le meilleur moyen pour boucher vos artères

Une étude de 2016 publiée dans la revue Nutrition a démontré que la consommation de l’huile de coco était aussi nocive que d’autres huiles riches en graisses saturées. Elle favoriserait autant l’augmentation du cholestérol LDL que la graisse de bœuf ou l’huile de palme [3].

Ce constat est corrélé par plusieurs études observationnelles [4]. Toutes démontrent que la diminution de la consommation de graisses saturées alimentaires présentes notamment dans l’huile de coco permet de réduire de 30% les maladies cardiovasculaires. Les chercheurs obtiennent ainsi des résultats similaires aux traitements aux statines. De manière plus générale, cela réduit nettement les risques d’autres facteurs majeurs de décès et de mortalité toutes causes confondues. L’Association américaine du cœur déconseille d’ailleurs fortement sa consommation[5]

Quant à la British Nutrition Foundation, elle résume bien la situation en rappelant qu’à ce jour, il n’existe aucune preuve scientifique solide pour soutenir les bienfaits de la consommation d’huile de noix de coco sur la santé.

Devez-vous bannir votre huile de coco ?

J’ai conscience que pour certains, se priver de l’huile de coco sera difficile. Sans vouloir la diaboliser, elle peut être intégrée de temps à temps à une alimentation équilibrée. Mais cela doit être fait de manière très occasionnelle. 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise de ne pas dépasser un apport énergétique de 10 % provenant de gras saturés [6]. Cela comprend donc l’ensemble des lipides consommés. Il faudra donc trouver la juste dose entre ceux déjà présents dans la viande, le beurre et autres produits laitiers [7]. Ce qui, au final, laisse peu de place à l’huile de coco, tant elle est riche.

Autre point important : ne négligez pas la qualité de votre huile de coco. Certaines ne sont pas du tout écoresponsables et participent à l’exploitation des animaux et à la déforestation. Je vous recommande donc de n’acheter que celles certifiées bios, équitables et qui commercialisent de l’huile de coco vierge où le fruit est pressé en entier. Toute autre appellation est à fuir.

Bien à vous,

Eric Müller





Consulter les sources :

Sources : [1] IS COCONUT OIL REALLY ‘PURE POISON’? Harvard professor Dr Karin Michels attacks popular ‘superfood’ as ‘one of the worst things you can eat’ [2] Coconut oil is ‘pure poison’, says Harvard professor, The Guardian [3] Eyres, Chisholm, Brown, « Coconut oil consumption and cardiovascular risk factors in humans », Nutr Rev., 2016 [4] Cox, Mann, Sutherland, et al., « Effects of coconut oil, butter, and safflower oil on lipids and lipoproteins in persons with moderately elevated cholesterol levels », J Lipid Res., 1995 [5] Sacks, Lichtenstein, Wu, et al., « Dietary Fats and Cardiovascular Disease: A Presidential Advisory From the American Heart Association », Circulation, 2017 [6] Déclaration de principe et actions recommandées en vue de réduire l’apport en graisses et les taux d’infarctus du myocarde dans la Région de la Méditerranée orientale – OMS [7] Recommandations concernant les lipides – Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV Denrées alimentaires et nutrition

Crédits : New Africa – shutterstock.com


2.3 29 votes
Évaluation de l'article

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

25 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
BAILLY
4 mois il y a

Bonsoir Mr Müller,
Outre que votre article est alarmiste, car seulement à charge, je le trouve incomplet. En effet, une des qualités de l’huile de coco bio et d’excellente qualité est qu’elle reste une des meilleures huiles pour la friture. Aucune autre huile ne résiste mieux aux températures élevées. Quand on ne signale qu’un aspect des choses même une tomate peut devenir nocive.

jeanne
4 mois il y a

bonjour
étant en ménopause j’ai la peau très sèche tout les soir après la douche je m’enduit d’huile de coco, de la tête au pieds depuis que je l’utilise pour les pieds je n’ai plus besoin de les poncer plus de peau dur
parcontre je ne l’utilise pas en cuisine son gout ne mets pas agréable
bien à vous

yann
4 mois il y a

Il va falloir vous mettre d’accord avec votre collègue Jean Marc Dupuis …

https://www.santenatureinnovation.com/27-conseils-sante-nutrition/
« N’ayez pas peur des graisses saturéesLes graisses saturées ont été très controversées.
S’il est vrai que les graisses saturées augmentent le taux de cholestérol, elles augmentent également le (bon) cholestérol et réduisent le mauvais cholestérol, ce qui diminue le risque de maladie cardiaque. [79] [80] [81] [82]
De nouvelles études menées auprès de centaines de milliers de personnes ont remis en question l’association entre l’apport en graisses saturées et les maladies cardiaques. [83] [84] »

Article de LaNutrition

Delbeke
4 mois il y a

Quid de la crěme de coco SVP ? J’en mange beaucoup …

Grillat
4 mois il y a

Bonjour Mr Müller,
habituellement je trouve vos références et articles sérieux.
Là, cependant, concernant l’huile ou la graisse de coco, ce n’est pas le cas.
De plus en plus d’études viennent remettre en question le rôle des graisses saturés dans les risques cardiovasculaires et surtout on sait aujourd’hui que toutes les graisses saturées ne se valent pas au niveau métabolique en fonction de la longueur de la chaine carbonée. L’huile de coco contient des acides gras « moyens », facilement métabolisables et faciles à brûler.
Bonne journée et continué ce que vous faites en sachant que plus d’une étude scientifique sur deux n’est pas fiable.
Nicolas Grillat-Rondolat, diététicien nutritionniste.

GRISOU
4 mois il y a
Reply to  Grillat

OUI je suis d’accord avec vous, car j’ai lu plusieurs études qui disait que : Il a été démontré que l’huile de coco en particulier vous protège des virus, des bactéries, des infections, du cancer, des problèmes thyroïdiens, cérébraux et cardiaques… et qu’en plus elle embellit votre peau, et brûle même la graisse! Il est stupéfiant de voir à quel point l’huile de coco (une graisse saturée) regorge de propriétés bonnes pour la santé, et qu’en aucune manière elle n’est responsable d’un taux élevé de cholestérol, de l’obésité, des maladies cardiaques et des effets négatifs sur la santé, comme on vous l’a fait croire etc…….
Elle BOOSTE les capacités mentale  (souffrant d’ALZHEIMER) une personne a retrouvé une partie de celles-ci quelques jours après la prise quotidienne, de cette HUILE riche en TCM  ALEGE la cuisine, fait même perdre du poids  >>>>> QUI CROIRE

GRASSET
4 mois il y a

Bonjour
Je suis atterrée par votre article, mais à qui doit on se fier quand on lit un article dans la presse sur les réseaux sociaux à la radio….. On entend des médecins des nathuropates des chercheurs, enfin bref le gratin de la science qui nous dit mais oui vous pouvez utiliser ou manger tels produits quand d’autres vous dises le contraire. Ne venez pas pleurer si les gens que nous sommes n’arrivent plus à faire confiance au monde de la médecine !!! Les lobbyists gouvernent le monde avec la monnaie sonnante qui les intéressent en premier lieu. Voilà je suis en colère et je pense ne pas être unique. Bien à vous.

olivier
4 mois il y a

arrêtez avec les statines ; les statines n’ont aucun effet sur la santé cardio vasculaire une bonne fois pour toutes

Michèle
4 mois il y a

Bonjour, Je n’y comprends plus rien. Il n’y avait que l’huile de coco qui était super formidable et maintenant elle ne vaut plus rien ??? Je n’en ai jamais vraiment consommé mais je crois qu’il faudrait accorder vos violons, à moins que vous fassiez partie vous aussi (et vos acolytes) de je ne sais quel système pour faire du business. Il y a vraiment de quoi se poser des questions que ce soit au niveau de la médecine allopathique, je ne m’en pose plus préférant les médecines alternatives mais tout de même, il est de plus en plus difficile d’y voir clair. Je suis de plus en plus méfiante vis-à-vis de tout le monde.

Csoka F.
4 mois il y a

Ce n’est pas la seule fois où vous avez vanté les bienfaits de l’huile de coco : « 7 raisons d’adopter l’huile de coco », votre lettre du 21 nov. 2017…… Quand êtes-vous crédible ?

Csoka Françoise
4 mois il y a

Vous avez affirmé le contraire en mai 2020 !!!! : « C’est pourquoi il vaut mieux consommer des graisses comme le beurre ou l’huile de noix de coco pour la cuisson, et l’huile d’olive, l’huile de noisettes, l’huile de noix ou l’huile de lin pour l’assaisonnement. »

Julie
4 mois il y a

J’ai lu il y a dejà qq années que les graisses saturées étaient bonnes pour la santé et que
même un taux de cholestérol élevé est plutôt protecteur ; il me semble même que dans certains pays africains ou autres, les gens présentaient un tx de cholestérol élevé et avaient rarement de maladies cardio-vasculaires au contraire des pays européens où le tx de cholestérol
est fortement contrôlé, les gens prennent des médicaments (statines) pour le réduire
étaient davantage atteints de maladies cardio-vasculaires.
Je ne sais plus quoi penser ? On dit tout et son contraire, on ne sait plus à quel saint se vouer !

Martin GABRIEL
4 mois il y a

Va peut-être falloir arrêter de se moquer de nous un jour. Tous vos « collègues » M. Dupuis, M. Bacquet et bien d’autres ont déjà vanté dans ces mêmes lettres les « bienfaits extraordinaires » de l’huile de coco, à utiliser pour tout et sans modération.
Sérieusement de qui se moque-t-on ?
Martin G.

Fayolle Guy
4 mois il y a

j’aimerais savoir ce que vous avez à dire par rapport à cette lettre :

En dépit du fait que l’huile de coco a fait l’objet de plus de 2.000 études, qui ont démontré qu’elle offre de nombreux bienfaits, elle continue d’être injustement décriée, principalement parce que 90 % des matières grasses qu’elle renferme sont des graisses saturées. Les graisses saturées, et plus particulièrement l’huile de coco, sont pourtant importantes dans notre alimentation.

Si vous vous êtes laissé convaincre par le battage médiatique selon lequel les graisses saturées sont malsaines et augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, il est peut-être temps de reconsidérer votre point de vue.

Les produits à base de noix de coco, en particulier l’huile de coco, sont utilisés par certaines populations depuis des millénaires, et dans certaines régions du monde, dans lesquelles l’huile de coco fait partie de l’alimentation de base, les individus semblent se porter à merveille.

Prenons pour exemple les habitants de Pukapuka et de Tokelaun en Polynésie, dont l’alimentation est généralement riche en noix de coco et autres graisses saturées, et pauvre en cholestérol et en sucre.

Les chercheurs ont constaté que « les maladies vasculaires sont rares dans les deux populations, et il n’existe aucun élément démontrant que la consommation importante de graisses saturées ait un effet nocif. »

En quoi l’huile de coco peut être bénéfique pour votre santé et votre bien-être ?

D’un point de vue nutritionnel, les bonnes graisses présentes dans l’huile de coco peuvent avoir des effets significatifs sur votre bien-être. Voici ce qu’a montré la recherche :

Elle favorise le bon fonctionnement de la thyroïde — Contrairement à l’huile de soja et à d’autres huiles végétales, l’huile de coco n’interfère pas avec le fonctionnement de la thyroïde. Elle possède des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent contribuer à réduire l’inflammation susceptible d’entrainer une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie.

Elle favorise la santé cardiaque — Des études sur l’animal et sur l’homme ont montré que les facteurs de risque de maladies cardiaques, tels que les taux de cholestérol total, de LDL et de HDL, sont améliorés par la consommation d’huile de coco. Les graisses saturées de l’huile de coco pourraient plus précisément favoriser l’augmentation du taux de « bon » cholestérol (HDL), tout en contribuant à convertir le « mauvais » cholestérol (LDL) en une forme moins nocive.

Elle contribue au bon fonctionnement du cerveau — Les chercheurs ont découvert que les cétones pourraient être utilisées comme source d’énergie alternative par les cellules cérébrales défaillantes, et il a été démontré que cela réduit les symptômes chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Elle renforce la fonction immunitaire — L’acide laurique, les lipides antimicrobiens, l’acide caprique et l’acide caprylique que renferme l’huile de coco sont connus pour leurs propriétés antifongiques, antibactériennes et antivirales. Leur consommation régulière peut contribuer à prévenir les rhumes/la grippe, et soulager des maladies telles que l’hépatite C, l’herpès et les infections par le virus d’Espstein-Barr.

Elle booste notre énergie — Les triglycérides à chaines moyennes (TCM) contenus dans l’huile de coco sont immédiatement digérés et convertis en énergie par le foie.

Elle favorise le métabolisme.

Elle contribue à la perte de poids — L’huile de coco constitue un excellent carburant pour votre organisme et stimule votre métabolisme, ce qui peut vous aider à éliminer un excès de graisse corporelle.

Elle aide à la digestion. L’huile de coco n’est pas agressive pour le système digestif et ne produit pas de pic d’insuline dans le sang. Les TCM sont également plus facilement absorbés par le système digestif que les acides gras à chaines plus longues présents dans les huiles végétales polyinsaturées.

Elle contrôle la maladie de Crohn — Une récente recherche montre que les graisses végétales saines, telles que l’huile de coco, peuvent provoquer des modifications bénéfiques au niveau des bactéries intestinales, réduisant les symptômes de la maladie de Crohn, une maladie souvent invalidante.

Elle permet de garder une peau jeune et saine — L’huile de coco en application topique est bénéfique pour la peau, elle réduit l’apparition des rides et des ridules en préservant la souplesse et la résistance des tissus conjonctifs. Quelques éléments de preuve suggèrent également qu’elle pourrait stimuler la production de collagène, bien que ses mécanismes d’action n’aient pas été identifiés.

Elle contrôle le candida — Une étude publiée dans mSphere a montré que la colonisation des intestins par la levure candida albicans est réduite de 90 % chez les souris auxquelles on donne de l’huile de coco, par rapport à celles auxquelles on donne de l’huile de soja ou du suif de bœuf.

Elle favorise la santé bucco-dentaire — Une étude a montré que masser ses gencives dix minutes quotidiennement, pendant trois semaines, réduit de façon significative la plaque dentaire et la présence de streptococcus mutans, responsable des caries.

Utilisez l’huile de coco en cuisine

L’huile de coco est une excellente option pour la cuisine, car elle résiste aux dommages provoqués par la chaleur. Elle vous évite donc de consommer des huiles oxydées.

Les huiles végétales transformées, par contre, telles que l’huile de soja, de maïs, de coton ou de canola, produisent du cholestérol oxydé lorsqu’elles sont chauffées, ce qui augmente la formation de thromboxane – un facteur de coagulation sanguine, ainsi que de deux toxines : les aldéhydes cycliques et l’acrylamide.

Il est également intéressant de souligner que la plupart des premières études menées sur l’huile de coco, qui ont abouti à des conclusions peu favorables, ont utilisé de l’huile de coco partiellement hydrogénée, et non de l’huile de coco vierge non raffinée.

L’huile hydrogénée et l’huile non raffinée sont deux choses différentes, même s’il s’agit d’une huile aussi saine que l’huile de coco. C’est ce détail qui est à l’origine du dénigrement injustifié de l’huile de coco

Pourquoi les huiles végétales sont un choix risqué ?

La recherche moderne commence seulement à révéler ce qui se produit réellement au niveau moléculaire lorsque vous consommez de l’huile végétale et de la margarine, et il est clair que ces matières grasses n’ont rien de bon pour votre cœur.

Sanjoy Ghosh, par exemple, biologiste à l’université de Colombie britannique, a montré que les mitochondries peuvent difficilement utiliser les AGP (acides gras polyinsaturés) comme carburant, en raison de la structure moléculaire particulière de la graisse.

D’autres chercheurs ont montré que les acides linoléiques (des AGP) peuvent provoquer la mort cellulaire en plus de perturber le fonctionnement des mitochondries.

Par ailleurs, les AGP ne sont pas facilement stockés sous forme de graisse sous-cutanée. Ils ont plutôt tendance à se déposer au niveau du foie, pouvant contribuer au développement de la stéatose hépatique, et dans les artères, dans lesquelles ils favorisent l’athérosclérose.

D’après Frances Sladek, Ph.D., toxicologue et professeur de biologie cellulaire à l’Université de Californie, à Riverside, les AGP agissent comment des toxines qui s’accumulent dans les tissus, car votre organisme peut difficilement les éliminer.

Lorsque des huiles végétales telles que l’huile de tournesol ou de maïs sont chauffées, cela génère également des substances chimiques cancérogènes telles que des aldéhydes.

Les triglycérides à chaines moyennes et leurs bienfaits pour la santé

90% de la matière grasse contenue dans l’huile de coco est saturée, et environ deux tiers sont des triglycérides à chaines moyennes, ou TCM. Les TCM tiennent leur nom de leur structure chimique, et peuvent être divisés en quatre groupes, en fonction du nombre d’atomes de carbone formant leur chaine :

·        Acide caproïque, 6 atomes de carbone (C6)

·        Acide caprylique, 8 atomes de carbone (C8)

·        Acide caprique, 10 atomes de carbone (C10)

·        Acide laurique, 12 atomes de carbone (C12)

Voici certaines utilisations cliniques de l’huile TCM (généralement une combinaison de C8 et de C10, qui augmentent bien plus efficacement que les autres le taux de cétones) :

Réduction de l’appétit et perte de poids

Amélioration des fonctions cognitives et neurologiques, avec de possibles implications dans les maladies neurodégénératives

Regain d’énergie et amélioration des performances sportives

Amélioration de la fonction des mitochondries et par conséquent réduction du risque de maladies telles qu’athérosclérose, diabète, cancer, maladies cardiovasculaires et maladies auto-immunes

Utilisation dans le cadre d’une thérapie diététique destinée au traitement de l’épilepsie

Prévention de la stéatose hépatique d’origine non alcoolique

En règle générale, plus les chaines de carbone sont courtes, plus les TCM sont facilement convertis en cétones, qui sont un excellent carburant pour les mitochondries. Les cétones peuvent même traverser la barrière hémato-encéphalique et fournir ainsi de l’énergie au cerveau.

Ce sont de bien meilleures sources de carburant que le glucose, car ils produisent moins d’espèces réactives de l’oxygène et de radicaux libres secondaires lorsqu’ils sont brûlés.

Les cétones aident également à supprimer la ghréline, l’hormone de la faim, et à mesure que votre taux de cétone augmente, la CCK, ou hormone de satiété, est activée. Résultat, les envies de nourriture et les fringales disparaissent, ce qui contribue grandement à éviter le grignotage. Par ailleurs, les TCM :

·        Ont un effet thermogène, ce qui a un effet positif sur votre métabolisme

·        Aident à débarrasser vos intestins de microorganismes nocifs comme les bactéries, virus, champignons et parasites pathogènes

·        Ont des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires

Les huiles TCM – Une autre alternative saine

L’huile de coco est une association de tous ces TCM, mais le C12 à chaine plus longue (l’acide laurique) en constitue plus de 40 %. (L’huile de coco fractionnée est une exception, contenant principalement des C8 et C10.)

L’acide laurique est surtout connu pour ses propriétés antibactériennes, antimicrobiennes et antivirales. Étant une molécule à chaine longue, elle n’entraine pas d’augmentation significative du taux de cétones.

Si l’huile de coco apporte une variété de TCM, pour des utilisations cliniques telles que celles mentionnées ci-dessus, il est recommandé d’utiliser une huile TCM plus concentrée et plus puissante. La plupart des marques d’huiles TCM du commerce contiennent une combinaison d’acides gras C8 et C10.

Je préfère personnellement l’huile C8 pure (acide caprylique) car elle se convertit en cétones bien plus rapidement que les autres. Elle a également tendance à être plus digeste.

L’huile TCM concentrée et/ou l’huile de coco peuvent toutes deux être consommées quotidiennement, mais commencez par de petites quantités. Lorsque l’on n’y est pas encore habitué, l’huile TCM peut provoquer des selles diarrhéiques et des troubles gastro-intestinaux. Je conseille de ne pas dépasser une cuillère à café d’huile TCM pour commencer.

Consommez-la en même temps qu’une autre matière grasse, comme une poignée de fruits à coque, du ghee dans votre café, ou mélangée à d’autres huiles dans votre salade. Lorsque vous y serez habitué, vous pourrez augmenter progressivement votre consommation pour arriver à 4 cuillères à soupe d’huile TCM ou de coco par jour.

Si vous arrêtez d’en consommer pendant quelques temps, puis que vous recommencez, recommencez par de petites quantités, pour permettre à votre système digestif de se réadapter.

Ceci étant dit, l’huile TCM est souvent plus facilement digérée par les personnes qui ont du mal à digérer d’autres types de matières grasses, notamment les personnes qui souffrent de malabsorption, de perméabilité intestinale, de la maladie de Crohn, ou de troubles de la vésicule biliaire (une infection par exemple, ou qui ont subi une ablation de la vésicule biliaire).

Enrichissez votre café

De nombreuses personnes ajoutent toutes sortes d’additifs dans leur café, que l’on résume sous les termes « crème et sucre ». Les crèmes qui ne sont pas à base de produits laitiers peuvent difficilement être qualifiées de « crème » et sont plutôt des mélanges synthétiques de substances chimiques, graisses trans, sirop de glucose fructose et saveurs artificielles.

Enrichissez plutôt votre café en y ajoutant du beurre de pâturage, de l’huile TCM ou C8. Vous pouvez également préparer cette boisson ‘haute performance’ qui stimulera votre cerveau, dont la recette est tirée du blog Bulletproof :

Préparation

1.    Préparez une tasse (30 à 36 cl) de café avec de l’eau filtrée et 2,5 cuillères à soupe de café bio fraichement moulu. Une cafetière à piston vous permettra de préserver les huiles bénéfiques présentes dans le café, qu’un autre type de filtre retiendra.

2.   Ajoutez entre 1 cuillère à café et 2 cuillères à soupe d’huile TCM C8. Vous pouvez également utiliser de l’huile de coco bio.

3.   Ajoutez 1 à 2 cuillères à soupe de beurre de pâturage doux ou de ghee préparé à base de beurre de pâturage.

4.   Mixez les ingrédients 20 à 30 secondes au moyen d’un mixeur, ou jusqu’à obtenir un ‘latte’ mousseux.

Découvrez les nombreuses utilisations de l’huile de coco

Avoir toujours à portée de main un bocal d’huile de coco pourrait vous faire faire de nombreuses économies, car elle peut remplacer de nombreux autres produits, aussi bien dans la cuisine que dans le reste de la maison. Comme nous l’avons expliqué, l’huile de coco n’est pas qu’un aliment bénéfique.

Elle peut également remplacer de nombreux produits de soin corporel coûteux et potentiellement dangereux, notamment les crèmes hydratantes, les masques capillaires, les lotions après-rasage, les nettoyants pour la peau et les démaquillants, les gommages, le dentifrice, etc.

Si on vous a conseillé à tort un régime pauvre en matières grasses, ou que vous suivez le conseil qui recommande de privilégier les huiles végétales plutôt que l’huile de coco ou le beurre, examinez les preuves qui vont à l’encontre de ces conseils et reconsidérez les options qui s’offrent à vous.

Les graisses saturées ne vous feront pas grossir, et n’augmenteront pas non plus votre risque de maladie cardiovasculaire. Bien au contraire, les graisses saturées, telles que celles présentes dans l’huile de coco, apportent de nombreux bienfaits, et améliorent notamment la santé cardiaque. Si vous le ne croyez pas, faites le test.

Troquez toutes vos margarines à tartiner et huiles végétales transformées contre de l’huile de coco. Après environ trois mois, faites une prise de sang et comparez vos résultats.

Il y a de fortes chances pour que vous vous trouviez dans une catégorie à plus faible risque de maladie cardiovasculaire qu’auparavant, même si votre taux de cholestérol total a augmenté (ce qui n’a aucune incidence sur le risque de maladie cardiovasculaire). Une façon simple de consommer davantage d’huile de coco est d’en ajouter dans votre café ou votre smoothie du matin.

fortier marie-france
4 mois il y a

Dangereuse l’huile de coco à cause de ses acides gras saturés? Et que faites-vous de l’acide laurique qu’elle contient, acide à chaîne moyenne directement utilisable par l’organisme, qui n’est donc pas stocké. Merci à l’avance pour votre réponse.

Etoile_vive
4 mois il y a

Drôle d’article….

Il faudra qu’on m’explique alors comment cela se fait que cette huile est la seule que je digère, la seule que ma vésicule biliaire tolère (de fait, cette huile « passe outre » la vésicule biliaire), alors qu’il m’est impossible de consommer des huiles saturées (graisses animales) sans être malade et avoir des douleurs à la VB….

Jean
4 mois il y a

Bonjour,
merci pour votre article qui dénonce les dangers de cette huile.
mais qu’en est-il du sirop de coco utilisé comme substitut au sucre?
bonne journée, Jean.

Julien
4 mois il y a

Bonjour, merci pour cet article.
Personnellement, j’utilise beaucoup l’huile de coco pour la cuisson.
Quelles sont, selon vous, les meilleures huiles à utiliser pour la cuisson ?

Pichené
4 mois il y a

Merci de cette information, mais qu’en déduire pour la crème et le lait de coco

Sophie Maj
4 mois il y a

Bonjour, et pourtant on parle de l’huile mct huile de coco(panacée des régimes cetogenes) en est il de même avec cette huile ? Par quoi peut-on la remplacer ? En dehors de l’huile d’olive ou sésame absolument infect ds un  » bulletproof coffe  », 🙂 un café gras quoi, que je prend d’ailleurs ts les jours ds la matinée, parfait pour tenir la journée entière. De plus je n’avais pas pensé à l’aspect bienfait pour la nature, et j’avoue que ça pèse ds la balance en faveur d’une autre source aussi gourmande ! Merci à vous Éric, Sophie

Catherine Marchnad
4 mois il y a

Bonjour,
il y a quelques temps, c’était LA huile, présentée avec des qualités innombrables. Résistance à la cuisson, notamment
Comment s’y retrouver, avec tous ces arguments et leur contraire?

Claire
4 mois il y a

J’ai lu que l’huile de coco est constituée de Triglycérides à chaine moyenne (TCM) qui sont bénéfiques pour le cerveau, et qu’à ce titre, elle était bonne pour la santé (du cerveau) et recommandée en cas de maladies qui atteignent le cerveau. Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez ? merci.

Marie france Fortier
4 mois il y a

Dangereuse l’huile de coco à cause de ses acides gras saturés ? Et que faites-vous de l’acide laurique qu’elle contient, acide à chaîne moyenne directement utilisable par l’organisme, qui n’est donc pas stocké. Merci à l’avance pour votre réponse.

Alain
4 mois il y a

Merci beaucoup de cette information étonnante et importante !

Comment toutefois concilier cette opposition „graisses saturées / insaturées“ avec la problématique des Points de Fumée pour la cuisson ?

On sait en effet aussi que les huiles insaturées (notamment Olive, Colza) ont un point de fumée inférieur à la température d‘une poêle, et qu’au-delà de forment des composés cancérigènes !

Alors : quelle huile de cuisson nous reste-t-il ??

Thibre
4 mois il y a

Décidément on ne sait plus quoi penser! On la préconise pour la maladie de parkinson…Donc faut-il la prendre ou non dans ce cas?
Il serait intéressant de poursuivre votre réflexion.
Merci
Bonne 6