Comment entraîner son cerveau à préférer les aliments sains ?

Chère lectrice,
Cher lecteur,

Avouons-le, il est difficile de dire NON aux cochonneries.

  • Gâteaux
  • Chocolat
  • Bonbons
  • Biscuits
  • Frites
  • Chips
  • Pizzas
  • Hamburgers

… surtout lorsqu’ils nous font les yeux doux au supermarché.

Des scientifiques ont découvert que

Votre cerveau se dérègle…

vous abusez de ces aliments très caloriques, vous sur-stimule les mécanismes de la récompense dans votre cerveau, au point d’aggraver votre faible pour la malbouffe. Vous serez d’autant plus susceptible de choisir un moelleux au chocolat au lieu d’une pomme.

Mais tout n’est pas perdu. En lisant cette lettre, je vous garantis que vous allez apprendre à mieux VOUS connaître, et à mieux maîtriser vos envies irrépressibles.

Le programme qui permet de rééduquer votre cerveau à préférer les aliments sains

Une étude publiée dans la revue NUTRITION & DIABETES [1] indique qu’il serait possible de rééduquer votre cerveau pour lui faire préférer les aliments sains, et de vous débarrasser de votre addiction aux gâteaux et aux frites.

Une équipe de scientifiques de la Tufts University a sélectionné 13 adultes (hommes et femmes) en surpoids, ou même obèses, mais en bonne santé par ailleurs (selon les critères des chercheurs) [2].

8 participants ont suivi un problème de perte de poids conçu par les chercheurs. Les 5 participants restant ont servi d’étalon de contrôle.

Les 8 participants du groupe d’intervention ont reçu des menus à portions mesurées, des suggestions de recettes, des indications sur les heures des repas et des grignotages, et des menus très rassasiants (pour calmer leur appétit). Ces menus étaient fondés sur les principes suivants :

  • 25% de l’énergie (calories) sous forme de protéines et de graisses
  • 50% des calories sous forme de glucides à indice glycémique bas.

Avant l’expérience, les scientifiques ont analysé la structure du circuit nerveux des sujets avec une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM fonctionnelle).

Six mois plus tard, les scientifiques ont refait passer une IRM fonctionnelle aux sujets.

La zone du cerveau qui intéressait particulièrement les chercheurs s’appelle le STRIATUM, qu’ils pensent être le siège du processus de récompense. Le STRIATUM se situe dans notre système limbique (qui est le siège des émotions).

Connaissez-vous la structure de votre cerveau ?

Notre cerveau est structuré en trois parties :

  • Le cervelet, ou cerveau reptilien que nous avons conservé de l’époque où nous étions encore des reptiles. C’est un organe archaïque qui déclenche nos mouvements et gère nos réflexes de bases (faim, sommeil, procréation). Il fonctionne très rapidement.
  • Le système limbique. C’est le siège de nos émotions, comportement social, mémoire, et apprentissage
  • Le néocortex qui bien plus vaste que les autres (76%) [3]. Il nous permet de faire des projets, de parler, et de nous orienter dans l’espace. C’est probablement le siège de notre conscience.

Voici comment les scientifiques ont mesuré la rééducation du cerveau

Pendant les IRM, les scientifiques montraient aux participants des images de salade verte, de brocoli, de hamburger, de pizzas…, pour observer les réactions du cerveau.

A l’issue de l’expérience, les participants du groupe d’intervention (groupe régime) ressentaient plus de plaisir à la vue d’aliments sains… et moins de plaisir en voyant des hamburgers et des pizzas. Leur circuit de la récompense s’était modifié en profondeur.

C’est un résultat très encourageant.

Si vous (ou un proche) avez du mal à lutter contre les aliments malsains, dites-vous qu’il n’est pas trop tard pour entraîner votre cerveau à préférer des aliments sains.

Ça implique :

  • De lire des lettres comme Néo-nutrition,
  • De découvrir que votre pire ennemi est le sucre (et non les graisses comme l’expliquent les autorités),
  • Et d’apprendre ce qui donne du bon goût aux choses. Je reviendrai sur ce sujet.

Mais dès à présent, vous pouvez lire ma lettre 35 aliments que vous pouvez manger à volonté.

Bien à vous,

Eric Müller

PS : Je suis certain que vous êtes nombreux à avoir remarqué que le nombre de participants à cette étude n’est pas énorme. L’idéal serait de reproduire cette expérience à plus grande échelle. Par ailleurs, les participants suivaient certainement un régime avant l’étude. Ceci a pu avoir un impact sur les résultats… Mais les conclusions restent encourageantes. C’est un formidable espoir pour tous ceux qui souhaitent changer leur façon de s’alimenter et se sentent « soumis » à leur gourmandise.




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Pourquoi je déconseille l’huile de foie de morue   Souvenez-vous de l’huile de foie de morue… C’était l’époque de la guerre, de la famine en Europe. On allait partout à pied. On fa...
Comment les industriels ont tué le vinaigre Chère lectrice, Cher lecteur, Dans une précédente lettre, je vous contais la triste histoire du vinaigre balsamique (Vinaigre balsamique : attenti...
Restez-vous en surpoids alors que vous mangez autant que vos amis minc... Question n°3 du test qui vous révèle pourquoi vous ne perdez de poids Nous sommes toujours sur le questionnaire du Dr. Hyman. Le questionnaire comple...

Consulter les sources :

[1] Nutrition Diabetes Study

[2] Training your brain to prefer healthy foods

[3] Science Daily Neocortex


7 réponses à “Comment entraîner son cerveau à préférer les aliments sains ?”

  1. Ali dit :

    Bonjour,

    Je lis toujours avec attention vos recommandations mais j’ai été interloqué en lisant « •Le cervelet, ou cerveau reptilien que nous avons conservé de l’époque où nous étions encore des reptiles… » Vous qui êtes attaché aux vérités, depuis quand celle-ci en est une? on ne décent pas du singe comme l’avait dit Darwin?, qui lui même avait reconnu le peu de sérieux de sa théorie…. L’homme est une création unique mais cette religion qui est la science fait dire n’importe quoi.

  2. Quetri violette dit :

    Merci pour tous ces bons conseils mais il y a beaucoup de contradictions avec ce qu’on entend

  3. Genevieve dit :

    Bonjour, j ai lu avec interet votre article sur l’apprentissage du cerveau a preferer des aliments sains. Depuis des années, je pourrais dire depuis une vie je mange « sain ». J ai été obligée car je suis allergique au gluten et au lactose et j’ai un estomac tres delicat. J’avais remarqué que desormais je me detourne naturellement du junk food et des viennoiseries. Ce genre d’aliments trop sucrés ou processed ne m’attire plus du tout. C’est venu progressivement et tout naturellement

  4. Patricia dit :

    Je confirme: j’ai réduit progressivement mes consommations de sucre et maintenant je n’en ai plus envie. Face à un paquet de friandises, celles sur lesquelles je me jetais:, je vais peut-être en prendre une, voire pas du tout, à ma grande surprise.

  5. Joussemet dit :

    Merci pour toutes ces infos et explications ,c’est vraiment du concret

  6. Gilles BIGOT dit :

    Bonjour
    Désolé de vous contredire mais un bon chocolat noir bio n’est pas une cochonnerie .

  7. Littleblue dit :

    « l’époque où nous étions encore des reptiles »

    Ah ah ah ! ceci reste encore à prouver !
    C’est en tout cas tirer des conclusions hâtives de la théorie de l’évolution (théorie qui n’explique pas la macro-évolution, par exemple l’apparition d’un organe).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *