Diabète, 3 aliments étonnants dont vous devez vous méfier

Diabète, 3 aliments étonnants dont vous devez vous méfier

Des dizaines d’études suggèrent que consommer des sucres rapides (sodas, bonbons, gâteaux, mais aussi biscottes, pomme de terre, pâtes et riz bien cuits) augmente la glycémie postprandiale (dans les heures qui suivent leur consommation).

Ces pics aggravent la condition des diabétiques, mais sont-ils à l’origine de la maladie ?

Contrairement à ce qu’on croit, le sucre est loin d’être le seul ennemi.

Parmi les aliments pro-diabète… surprise, le sel arrive en tête de la liste !

1 – Sans sel, pas de diabète ?

C’est complètement contre-intuitif, mais véridique : le sel favorise aussi le diabète.

D’après les travaux de l’équipe lilloise du Pr Pattou, qui pratique la chirurgie by-pass contre l’obésité, l’opération de réduction d’une partie de l’estomac fait disparaître le diabète chez de nombreux patients. Et cela avant même qu’ils ne commencent à perdre du poids.

Un effet assez étonnant qui a poussé les scientifiques à investiguer et à étudier ce phénomène sur l’estomac d’animaux.

Ils découvrent alors que le glucose n’est plus absorbé en haut de l’intestin, mais seulement dans la partie basse.

C’est dans cette partie précisément que la bile apporte le sodium (sel).

Or, lorsque l’on ajoute du sodium au sucre dans le haut de l’estomac, il est de nouveau absorbé. 

Autrement dit : l’intestin n’est pas capable d’absorber le glucose sans la présence du sel. 

Cette découverte a été confirmée chez l’homme sain, non diabétique, par une équipe israélienne.

Une avancée majeure qui permet aujourd’hui de savoir qu’une restriction de sel n’est pas bénéfique qu’aux hypertendus ou aux personnes présentant un risque d’accident vasculaire cérébral.

Mais ce n’est pas le seul aliment qui augmente vos risques de diabète…

2 – Quand la viande ouvre les portes au diabète

Dans une étude menée à Hawaii chez 74 970 participants âgés de 45 à 75 ans et provenant de trois ethnies : Caucasiens, Japonais et Hawaïens, ceux qui consommaient de la viande transformée présentaient un risque de diabète de type 2 augmenté de 46 % pour les Japonais et les Hawaïens, de 71 % pour les Caucasiens [1]

Une analyse encore plus précise révèle que par rapport au groupe des omnivores, le risque de diabète est abaissé [2] :

  • de 28 % pour les flexitariens, 
  • de 51 % pour les pesco-végétariens (qui ne consomment pas de viande, mais s’autorisent du poisson et des fruits de mer). 
  • de 78% pour les vegan. 

Ces chiffres s’expliquent facilement.

Les viandes apportent du fer héminique. 

Or l’excès de fer est impliqué dans la dégénérescence des cellules pancréatiques qui produisent l’insuline. Cette hormone est importante puisqu’elle régule la glycémie.  

Plusieurs études ont ainsi montré que lorsque les apports en fer héminique augmentaient, les risques de diabète augmentaient parallèlement [3].         

3 – Évitez les graisses qui donnent le diabète

Certaines graisses favorisent les risques de développer un diabète, mais aussi de souffrir d’obésité ou encore de maladies cardiovasculaires.

Celles pointées du doigt sont les graisses trans. Bannies depuis des années aux États-Unis, elles sont encore très présentes dans notre alimentation.

Vous en trouverez dans les viennoiseries et biscuits.

Mais aussi dans les margarines, les barres chocolatées, les plats cuisinés et dans de nombreuses préparations industrielles et de restauration. 

Aussi notez que l’excès d’acides gras oméga-6 (présent dans les viandes, mais aussi l’acide linoléique des huiles de tournesol, de maïs, de pépins de raisin) est inflammatoire.

À l’inverse, les acides gras oméga-3 sont, eux, anti-inflammatoires. 

Afin de prévenir et de traiter le diabète ainsi que les pathologies qui lui sont liées, il faut donc bien gérer le rapport oméga-6/oméga-3.

Si déjà vous évitez de manger trop sucré, salé, de manger trop de viande et que vous gérez vos apports en acides gras, vous avez déjà une bonne base pour limiter le diabète.

Aussi gardez en tête que le diabète reste une maladie chronique grave.

Savoir au quotidien comment réguler votre glycémie peut vous éviter de tripler vos risques cardiovasculaires.

Il existe des solutions pour y parvenir, même si vous êtes accro au sucre !!!

Bien à vous,

Eric Müller

Sources:

[1] Meat Consumption as a Risk Factor for Type 2 Diabetes
Nutrients, 2014
[2] Eating meat linked to higher risk of diabetes, Duke-NUS Medical School
[3] Diabète: l’épidémie silencieuse Dr Jean-Paul Curtay

Crédits : © Fadhli Adnan – Shutterstock.com

0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments