Les 3 huiles d’olive de luxe à connaître : fruité vert, fruité noir, fruité mûr

Précédemment, je vous parlais de la fabrication de l’huile d’olive, des arnaques à connaître, et de la dégustation d’une huile d’olive.

Aujourd’hui, vous allez découvrir 3 huiles d’olive pour connaisseurs.

Il s’agit des huiles de type :

  • Fruité vert
  • Fruité noir
  • Fruité mûr

Selon la maturité et le traitement des olives, on obtient des saveurs différentes.

On peut ainsi satisfaire tous les goûts et tous les plats.

Fruité vert : huile la plus courante

Elle est réalisée avec des olives récoltées en début de saison et triturées dans les 24 heures qui suivent la cueillette.

Elle a un goût herbacé puissant, un peu amer. Elle picote au fond de la gorge. On retrouve des arômes de tomate verte, d’herbe, de fenouil et de pomme [1].

Elle se marie bien à la salade, au chèvre, au tartare, et aux aliments à peine cuits.

Fruité noir : la plus bizarre

C’est l’huile d’olive « à l’ancienne ».

Elle est faite à partir d’olives bien mûres qu’on a laissées fermenter (à peine) quelques jours dans des caisses. Cette fermentation demande beaucoup de maîtrise, autrement l’huile sera rance.

Une fois triturée et pressée, l’huile « fruité noir » exhibe des saveurs uniques : cacao, champignons (truffe), artichaut cuit [2]. Elle n’a pas d’amertume. Sa saveur est longue en bouche.

Elle est controversée à cause de son goût « chomé » (fermenté). C’est un défaut disqualifiant pour une huile extra.

C’est l’huile qui s’approche le plus de l’olive noire.

Elle se mange avec des plats mijotés ou confits, ratatouille, champignons, purées…

Fruité mûr : la plus subtile

Elle est réalisée avec des olives très mûres et triturées juste après la cueillette.

C’est l’huile la plus douce et la plus délicate.

On retrouve des arômes de fleurs, de pomme, de fruits rouges et d’amande [3].

Elle se sert avec des saveurs discrètes : poisson, volaille, pois chiches, pâtes, risotto, potiron.

La prochaine fois, je vous parlerai des 4 mythes qui entourent l’huile d’olive.




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


11 aliments qui font gonfler le ventre C’est malheureux, mais les aliments « diététiques » ne sont pas sans défauts. Les plaintes récurrentes touchent au fait qu’ils stimulent les bactér...
Mi-homme mi-cochon La revue scientifique « Nature » publie dans son dernier numéro (12 novembre 2015) un stupéfiant article sur l’implantation d’organes de cochon chez l...
Pourquoi le thé vert est la star des infusions Les chercheurs ont découvert que le corps brûlait plus de calories si l'on prenait du... thé vert ! Rappelez-vous votre première leçon de médecine na...

Consulter les sources :

[1] L’HUILE D’OLIVE AU GOÛT « FRUITÉ VERT » 05/04/2012
[2] L’HUILE D’OLIVE AU GOÛT « FRUITÉ NOIR » 05/04/2012
[3] Les types d’huiles d’olive


11 réponses à “Les 3 huiles d’olive de luxe à connaître : fruité vert, fruité noir, fruité mûr”

  1. CHANTAL BARBUT dit :

    je cuisine tout à l’huile d’olive extra vierge à froid est elle très bonne pour ma santé?merci de me répondre

  2. PAT2145 dit :

    Bonjour, l’huile de cameline est également très intéressante mais jamais personne n’en parle.

  3. Dumais dit :

    Vous ne parlez jamais de l’huile de coco, pourquoi ?!

  4. Nora dit :

    J adore vos articles qui me sont très utile les informations qu ils contiennent me sont très précieuses et j en fait profiter mon entourage depuis je l alimente mieux merci vos articles sont d utilité public bravo encore

  5. Piquet J.P. dit :

    Après tous ces commentaires quelle marque acheter?

  6. FEREIRE dit :

    Je suis étonnée de voir qu’il existe de bonnes huiles et je me demande où les trouver : depuis une dizaine d’années je trouve que les huiles d’olive même bio , même fruitée vert ou mûr n’ont plus aucun goût !

  7. Jacques Dupuy dit :

    Plusieurs observations si je puis me permettre:
    1/ A propos du fruité noir, vous devriez distinguer l’huile obtenue avec la technique moderne (chaîne en continu) et la technique à l’ancienne (triturage par meule, pressage sur escourtins à moins de 200 bars, décantation et « récolte » à la feuille). Car les deux huiles produites sont tout à fait différentes.
    Par ailleurs vous évoquez « un défaut disqualifiant » à propos de cette huile fruité noir pour l’obtention de l’appellation « extra ». Il serait plus judicieux d’appeler cela un particularisme. Car la disqualification ne ressort pas de critères gustatifs de l’huile mais de critères chimiques, en l’occurrence le taux d’acidité (supérieur en fruité noir qu’en fruité vert). Quand j’achète mon huile d’olive (au moulin et non en grande distribution) j’arrête mon choix sur les qualités gustatives de l’huile et non sur son taux d’acidité qui m’importe peu.
    Cordialement
    Jacques Dupuy

  8. Mirgaine dit :

    Pourriez-vous nous donner des infos sur le corrosol, Merci

  9. bichet dit :

    Je vous remercie sincèrement de ce que vous m envoyez . Je me sers beaucoup de vos commentaires et je les utilise .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *