Mi-homme mi-cochon

La revue scientifique « Nature » publie dans son dernier numéro (12 novembre 2015) un stupéfiant article sur l’implantation d’organes de cochon chez l’être humain.

Ce n’était pas possible avant parce que le système immunitaire du cochon est différent de celui de l’homme. Les tentatives de transplantation entraînaient des « rejets de greffe » bien prévisibles.

Mais les généticiens sont parvenus à changer le système immunitaire des cochons en implantant des gènes humains sur leur ADN. Le système immunitaire de ces cochons transgéniques est devenu plus compatible. La voie a été rouverte vers la transplantation d’organes de cochon sur l’homme.

Déjà il est autorisé en Chine de poser chez l’homme une cornée (la surface de l’œil) de cochon.

Aux Etats-Unis, il est possible de se faire greffer de la peau de cochon. Ce n’est pas officiellement autorisé mais ce n’est pas non plus interdit. Une étude menée par l’Hôpital général de Boston a permis d’identifier des dizaines de personnes ayant recouru à cette procédure.

La firme néo-zélandaise Living Cell Technologies est en train de faire valider dans de nombreux pays un système d’implantation de morceaux de pancréas de cochon chez l’être humain afin de produire de l’insuline. Ce système s’appelle DIABECELL et vise à soigner les diabétiques.

Le chirurgien Muhammed Mohiuddin, de l’Institut national du cœur dans le Maryland (USA), a implanté un cœur de cochon sur un babouin qui a survécu deux ans et demi à l’opération. Ayant surmonté les problèmes de rejet d’organes, il estime que la voie est ouverte pour mener l’expérience sur l’homme.

Le chirurgien David Cooper, de l’Université de Pittsburgh (USA), a annoncé en juin 2015 qu’un babouin avait survécu 136 jours avec un rein de cochon, génétiquement modifié lui aussi, pour supporter la transplantation et le rejet de greffe.

Robin Pierson, qui dirige le Laboratoire de recherches de l’Université du Maryland et qui a réalisé des dizaines d’opérations de ce type, tente actuellement de transplanter des poumons de porc sur des babouins.

La difficulté est que les poumons sont constitués d’une fine trame de vaisseaux sanguins.

Cela signifie que le sang du babouin se trouve en contact étroit avec des protéines de cochon (qui constituent les vaisseaux sanguins), ce qui le fait coaguler. Actuellement, les babouins ne survivent que quelques jours. Cette technique requiert donc encore des progrès avant de devenir praticable.

Toutefois, la firme américaine United Therapeutics, dans le Maryland, a investi 100 millions de dollars pour fabriquer des cochons génétiquement modifiés. Ils sont destinés à produire des organes pour les êtres humains. Elle déclare qu’elle veut « réaliser les premiers essais cliniques en 2020 » [1].

Jusqu’où ira-t-on ?

Sur le plan technique, ce qui bloque encore est que les cochons sont porteurs de nombreux virus et rétrovirus. Présents dans les organes transplantés, ils pourraient se réveiller chez les êtres humains avec des conséquences imprévisibles.

Les autorités de santé hésitent donc encore à donner leur feu vert.

Cependant, les expériences de greffe de peau de cochon n’ont apparemment pas déclenché de problème.

Il est donc possible, et à mon avis tout à fait probable pour ne pas dire certain, que les premières tentatives de greffes d’organes de porc sur l’être humain seront tentées d’ici peu.

La procédure est connue. D’abord, l’expérience sera tentée sur un malade se trouvant « dans un état désespéré ». « De toutes façons, il va mourir, donc on n’a rien à perdre ! », sous-entendront les médecins.

Après quelques échecs, l’opération va réussir. On commencera par un organe « simple » à transplanter, comme le rein.

Ensuite, ce sera le cœur, le pancréas, les poumons, des artères, le cristallin, des morceaux d’intestin, la trachée, et, pourquoi pas « le pied de cochon » (non, je plaisante bien sûr).

Blague à part, c’est ainsi qu’ont commencé toutes les expériences médicales innovantes, qui paraissaient impensables aux générations précédentes et qui sont ensuite entrées dans la norme.

Il faut donc imaginer que, d’ici quelques décennies à peine, les personnes très âgées auront eu le temps, au cours de leur existence, de faire changer la plupart de leurs organes vitaux et se retrouveront constituées, pour l’essentiel, de cochon.

Comment réagir ?

Imaginez-vous dans la situation : votre enfant est en danger de mort. Son cœur pourrait lâcher à chaque instant.

Le chirurgien, affolé, vous explique que la pénurie d’organes humains est totale. Il n’y a aucun « donateur » pour votre enfant.

Mais il y a une solution : on peut lui implanter un cœur de cochon. Cela ne fait pas glamour, évidemment, mais sa vie sera sauve !

Quel parent renoncerait à cette solution ? Et après tout, à partir du moment où ça ne fait de mal à personne, où est le problème ? Nous avons tout à y gagner, n’est-ce pas ?

Je suis convaincu que c’est ainsi que nous réagirons tous, y compris moi-même.

Mais je ne suis pas complètement certain, malgré tout, que l’opération « ne fera de mal à personne ».

Le progrès, à quel prix ?

L’opération fera mal… à l’enfant. Il vivra, c’est sûr, mais s’accepter lui-même, arriver à vivre avec l’idée que c’est un cœur de porc qui bat dans sa poitrine, cela sera horriblement douloureux.

Et je ne parle pas du regard des autres.

Bien sûr, on va nous proposer de grandes solutions pour remédier au problème.

Des livres pour enfant seront édités où l’on verra un petit garçon « tout à fait comme les autres », et même plus joyeux que les autres, avec un organe de cochon.

Dans les écoles maternelles, on intégrera dans les programmes un apprentissage à la non-discrimination contre les êtres humains ayant des organes de cochon.

Des psychologues seront recrutés pour soutenir les personnes transplantées et leur famille, pour les convaincre que tout cela est parfaitement normal et souhaitable.

Des films hollywoodiens sortiront avec des histoires bouleversantes où le héros qui sauve la planète se trouve justement avoir été sauvé lui-même quelques années auparavant par une greffe de cœur de cochon. « Sans ce progrès, l’humanité entière aurait disparu », en déduira le spectateur inconsciemment.

L’idée s’installera et tout le monde « finira par trouver ça normal », comme le chantait Jean-Jacques Goldman.

Mais il faut bien réfléchir aux vastes conséquences du progrès technique. Aujourd’hui, nous plaçons la vie comme le souverain bien, la valeur absolue en travers de laquelle il ne faut mettre aucun obstacle moral ou légal.

Pourtant, souvenons-nous que nos ancêtres n’ont pratiquement jamais raisonné ainsi. Combien sont morts pour défendre la liberté ? Combien sont morts pour défendre la dignité ? Combien sont morts, finalement, pour défendre la haute vision qu’ils se faisaient de l’humanité ?

Je le répète, si mon enfant était menacé de mort et que la seule solution pour le sauver était qu’on lui pose un cœur de cochon, je sais très bien que j’accepterais. Mais le fond de ma pensée c’est que je trouve inhumain, au sens propre, que l’homme soit un jour obligé, au nom du progrès technique, de faire un choix pareil.

Enfin, penser que notre civilisation est en train de consacrer des moyens financiers colossaux pour de telles recherches alors qu’on n’a pas un sous pour les moyens naturels de garder la santé, qui sont pourtant si prometteurs, cela me paraît vraiment étrange et désolant.

Mais heureusement, grâce à vous, cher lecteur, je ne me sens pas seul !

Continuez à soutenir notre combat. Continuez à parler de Santé Nature Innovation autour de vous. Vous savez combien c’est important.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Pourquoi certains aliments « explosent » dans votre estomac Lorsque vous avez mal au ventre après un repas… Lorsque vous avez le ventre gonflé… Lorsque vous avez la digestion difficile… … c’est souvent...
5 choses invraisemblables que votre corps fait tous les jours Rester en vie, c’est simple : il suffit de respirer, de boire et de manger (avec modération) … C’est si simple qu’on finit par oublier l’extraordin...
Les 3 huiles d’olive de luxe à connaître : fruité vert, fruité noir, f... Précédemment, je vous parlais de la fabrication de l’huile d’olive, des arnaques à connaître, et de la dégustation d’une huile d’olive. Aujourd’hui...

Consulter les sources :

[1] Nature, 12 novembre 2015, Vol. 527, page 152


108 réponses à “Mi-homme mi-cochon”

  1. Lilijuju dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je vous joins un lien sur l’expérience d’une greffée du cœur. Certains connaissent cette histoire vraie.
    Je suis persuadée que l’ADN du donneur, qui n’est pas le nôtre, bien, qu’il soit « compatible », interagit sur l’ADN du receveur. Pour ceux qui veulent en comprendre un peu plus, cherchez du côté de la mécanique quantique, tout ne s’arrête pas à ce que l’on voit, fort heureusement.
    Alors, de l’ADN animal, cochon ou autre c’est de la folie, c’est contre nature, !…
    Bonne journée.

    http://archive.francesoir.fr/actualite/sante/greffe-du-coeur-l-etonnante-confession-charlotte-valandrey-137876.html

  2. DOLLINGER dit :

    J’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt d’autant plus que Dermatologue et à l’époque Phlébologue dans les années 70 j’employais déjà la peau de cochon pour réaliser des recouvrements en greffe soit en résille soit très minces (6-7/10 de mm) sur mes ulcères de jambe.J’obtenais ,en traitant également les causes sus jaçentes des cicatrisations rapides pour des ulcères parfois gigantesques dont certains dataient de plusieurs années.
    Je suis ensuite passé à une méthode que j’ai vite jugée encore supérieure:j’allais tous les mardis matins chercher des membranes placentaires que les sage femmes me mettaient de coté ,je les faisais tremper dans une solution antiseptique et les mardis A.M. j’avais mes patients ulcéreux sur lesquels je posais ces membranes.
    Malheureusement le sida est arrivé et je n’ai plus osé continuer cette pratique qui d’une part soulageait très vite les douleurs et donnait un bourgeonnement rapide permettant une cicatrisation complète en 4 à 6 semaines.
    J’en avais ,à l’époque parlé avec un ami professeur aux USA et il avait créé une banque où les plhébologues pouvaient s’approvisionner en peau de cochon ou en membranes placentaires.
    Mais comme dirait Victor Hugo « c’était dans des temps très anciens…(Booz Endormi)

    • DOLLINGER dit :

      je n’ai pas pris part à la discussion,je voulais seulement signaler que l’utilisation du cochon n’était pas nouvelle,puisque je l’utilisais il y a 45 ans

  3. Sylvie dit :

    Monsieur,

    Je ne peux pas m’empêcher de réagir à votre lettre. « Cela ne fera de mal à personne… » Ben si, au cochon !! Cessons de traiter les animaux comme des objets !! Ce sont des êtres sensibles, qui souffrent autant que l’enfant transplanté !! Bon sang, ça me met hors de moi de lire des trucs pareils !!
    J’envoie ce mail et je me désinscrits.

  4. rodrigues dit :

    Je suis régulièrement et avec attention vos lettres d’information sur la santé. A propos du porc, j’ai un frère qui a été opéré pour un souffle au coeur. Le chirurgien lui avait proposé deux solutions – soit la pose d’une valve mécanique à changer tous les 10 ans, soit une valve en porc bio compatible qui est en principe implantée à vie avec comme avantage, c’est que les médicaments anti-rejet sont inutiles, il avait pris le second choix, le bon lui avait dit le chirurgien cela fait 4 ans qu’il qu’il court avec ce morceau de porc. et sans être musulman, il n’en mange plus

    • zwaky dit :

      à Rodrigues …oui justement le cochon était dans le temps où les poubelles étaient jetées à la rue l’éboueur principal et …qui a décrété qu’il devait être mangé???normalement il n’est pas interdit qu’aux Juifs et Musulmans …Jésus n’en mangeait pas non plus et la bible l’interdit aussi…mais l’humain étant bête par nature et le trouvant gratuit à cette lointaine époque de misère et famine il a commencé à faire le menu des tables…looool…il vaut mieux l’utiliser à bon escient qui l’élever en masse pour le manger…il y aurait peut être moins de maladies….

  5. demonceaux dit :

    Bonjour,
    je partage votre avis sur ce sujet.
    Pour aller un peu plus loin au sujet des cochons, je vous recommande le livre de Bernard Werber « Le père de nos pères ».
    Bonne journée

  6. Ludo dit :

    Pour sauver un enfant toutes les solutions sont bonnes , cœur de cochon ou pas , je ne vois aucune raison de le refuser surtout si il n’y pas d’autres solutions , plus naturelles et plus fiables , ce n’est pas un organe qui change une personne , je suis persuadé qu’avec un cœur de cochon, je resterais le même , ni meilleurs ni pire , mais égal à moi-même avec les mêmes sentiments et le même comportement et le même état d’esprit !

  7. D. dit :

    Bonjour,

    Je suis un scandalisée à propos de votre dernier article « mi-homme, mi-cochon ».

    A aucun moment vous n’avez mentionné la souffrance de l’animal auquel nous allons arracher un organe sous prétexte qu’un homme n’a pas pris soin de sa santé.
    Les animaux ont le droit à une vie normale, qui sommes nous pour leur enlever la vie ? Qui sommes nous pour juger qu’une vie mérite mieux qu’une autre ?

    Pensez aussi au respect des animaux !

    • JC dit :

      Qui sommes nous pour juger qu’une vie mérite mieux qu’une autre ?
      oui D. … je partage votre avis en mangeant mon  » jambon-beurre ».

      Partant du principe que tout est bon dans le cochon, même génétiquement modifié, on n’est pas obligé de les tuer UNIQUEMENT pour leur piquer un accessoire …
      Les victimes de malformations congénitales les remercient d’avance !

    • zwaky dit :

      Lol! Et quand tu manges leurs chairs tu n’y penses même pas !!! alors sourdine…un être humain a une conscience au contraire d’ un animal qui lui n’en a pas.

    • zwaky dit :

      D.dit n’oublies pas que nous sommes des êtres humains et Dieu nous a soumit les animaux en troupeaux pour leur lait, fromages viande ,peau ,poils , os ,oeufs pour certains …et pour d’autres des montures ,des porteurs de charges ,des gardiens ,des régulateurs de la nature (pour certains prédateurs) et j’en passe…

  8. Rose dit :

    Bonjour,

    Pour ceux qui ont un problème de coeur qui exige une transplantation, j’ai entendu que le produit HEARTGEM des laboratoires américains GEMATRIA, permet de régénérer le coeur de sorte à éviter la transplantation, en environ 1 mois…..

  9. Rose dit :

    Bonjour,
    Quelle désolation pour moi de constater le peu d’instinct spirituel dans mes frères humains.
    Comment pouvons-nous imaginer faire des cochons transgéniques avec des gènes humains.
    C’est une très grave erreur à mon sens, à lourdes conséquences au niveau spirituel. Idem d’ailleurs pour les expériences qui visent à insérer des puces dans un être biologique ou même végétal. C’est allier la mort et la vie, c’est une aberration et cela se payera en termes de conséquences naturelles inéluctables (nous sommes entièrement libres mais RESPONSABLES malgrè notre inconscience). Et quelles souffrances pour les animaux d’expérimentation…

    La terre tournait autour du soleil bien avant que les scientifiques ne le découvrent…
    Arrêtons de nous comporter comme du bétail, et presque comme des « gros beta », à avaler et nous laisser faire par des scientifiques matérialistes qui trop souvent n’auront jamais assez d’intuition et de reliance pour respecter profondément le vivant, pour ressentir dans leur fort intérieur qu’un Créateur existe, un Créateur qui les laisse entièrement libres de leurs actes mais qui les a également mis dans une situation de responsabilité totale. « Jouez et puis cueillez les conséquences de vos jeux, jusqu’à plus soif !  » C’est à cela qu’ils sont réduits. Les scientifiques ne doivent plus être élevés et maintenus au rang de Dieux !
    C’est à chacun de nous de cultiver et solliciter notre propre bon sens,et une reliance saine et innée par le coeur à notre dimension sacrée spirituelle qui nous donne la possibilité d’être juste et bon avec tout être vivant ! C’est bien au-delà de l’instinct de survie, c’est bie au-delà des affects et de l’intellect, c’est avant toute chose, et c’est éternel. C’est le vrai Vous !

    Les êtres humains sont des êtres d’origine spirituelle et éternels. Chaque expérience enrichit notre âme, et malheureusement jusque maintenant encore c’est la souffrance qui nous fait grandir. La perte d’un être cher, qui ne fait que perdre son corps physique, est biensur une tragédie pour ceux qui restent ici en ce monde, mais pas une tragédie aussi grande que de se faire toucher le coeur (il y aura plus de 10 vies de dépendance et fragilité à la manipulation) ou de se faire remplacer le coeur par celui d’un animal, il me semble. Le coeur est un organe sacré. Par le coeur on se connecte aux mondes spirituels. Quelle est la spiritualité d’un cochon ? Biensur ceci n’est que mon avis et je ne suis pas plus spécialement éclairée ou visionnaire qu’un autre, et je peux me tromper.
    Mais je crois que la vie n’est pas, en essence, d’origine biologique ou seulement biologique. Elle est pour moi d’ordre spirituel d’abord. Alors comment allons-nous, chacun, respecter cette Vie qui nous a été offerte ?

    • zwaky dit :

      Rose… Justement en en prenant bien soin et en la soignant par n’importe quel moyen possible que Dieu dans Son Infinie Bonté nous a octroyé…Je ne sais pas pour vous mais pour moi l’intélect ,la pensée ,la spiritualité etc …tout passe par le cerveau et non le coeur,pour l’amour et autre tendresse pour tous les nôtres et autrui passent par le cerveau et le coeur n’est qu’une image ,le coeur étant l’organe de pompage sanguin dont le sang est la vie …et après tout l’humain se complique trop la vie ….puisque tout est écrit et doit se passer tel que nôtre Créateur le veut et pas autrement.

  10. HURAY Liliane dit :

    Bonjour à tous,

    Notre dernière fille, Sophie, est décédée en 1988 d’une tétralogie de Fallot, c’est à dire une malformation cardiaque. Il lui manquait, entre autre, le tronc de l’artère pulmonaire.
    Par deux fois, elle a été opérée, très rapidement, après sa naissance.
    La chirurgienne a pratiqué, sur elle deux anastomoses, c’est à dire la greffe d’un morceau d’artère pour remplacer l’artère manquante, car, la première opération avait échoué.
    Et, je me souviens bien, qu’à ce moment là, il nous avait été dit que cela avait été effectué avec un morceau d’artère de porc, car le porc était ce qu’il y avait de plus compatible avec l’humain.

    Donc, rien de nouveau.
    Mais, quant à greffer des organes complets et pratiquer des manipulations génétiques entre des porcs et des babouins, c’est une autre affaire.
    Pour moi, il faut, dans certains cas laisser faire la nature, aussi difficile que cela puisse l’être pour la famille.
    De toute façon, dans le passé, elle n’avait aucune chance de survivre.
    De notre côté, nous n’avions aucun pouvoir sur le sort que lui réservait la médecine. On ne pouvait, donc, pas s’opposer à l’opération.
    Et, comme dit Soelti, il n’y a que l’HUMAIN pour être aussi INHUMAIN, faire du profit à tout prix, même au prix de la souffrance animale.

    Voilà, c’était notre expérience et, je voulais vous en faire profiter.

    Amicalement et bonne fin de journée.

    • Lilijuju dit :

      Lorsque votre enfant a un problème de santé important, la médecine s’en empare, car au début, dès les premiers symptômes ont va voir son médecin traitant, qui vous envoie vers un spécialiste et, là je peux vous le dire, votre enfant ne vous appartient plus, si toutefois un enfant peut appartenir à ses parents !…
      Amicalement.

  11. angelou dit :

    toujours et encore les animaux qui trinquent …pour des humains qui n’en valent absolument pas la peine et qui sont entièrement responsables de leurs maladies (pollutions,malbouffe….)

    • zwaky dit :

      angelou…et quand tu manges de la viande animale …avant de la manger dis-toi bien ce raisonnement à la con que tu profère …et peut être n’en mangeras-tu plus !!! et j’aimerais bien savoir si un jour toi ou l’un de tes proches avaient besoin d’une greffe…aurais-tu le courage de la refuser dans ce cas ??? TU POURRAS DIRE CE QUE TU VOUDRAS MAIS JE NE TE CROIS PAS

  12. jacques guillemette dit :

    Je suis en total accord avec vous Jean-Marc parce qu’il y a tant de choses qui sont cachées aux gens qui feraient en sorte que des organes pourraient être conservés et remis en état de fonctionner convenablement par des méthodes naturelles.

    Plusieurs charcuteries seraient évitées si les médecins en général avaient l’esprit un peu plus ouvert par rapport à la médecine douce.

    Je vous lève mon chapeau Jean-Marc pour votre beau travail et vous encourage à continuer.

    Merci beaucoup et bonne journée!

    Jacques G.

  13. Philippe Marceron dit :

    NON AUX EXPERIMENTATIONS SUR LES ANIMAUX !

    Les animaux n’existent pas pour ètre torturés pour trouver des remèdes aux multiples maladies dont sont atteints les humains, les animaux eux sont bien portants quand ils vivent dans leurs conditions naturelles, ils n’ont pas à souffrir des conséquences des modes de vie aliénés des humains !

  14. Claire dit :

    Bonjour
    Je suis révoltée par votre article. Au nom de quoi avons nous le droit de torturer et tuer un animal quelconque pour améliorer la vie d’un humain. Un animal est un être sensible, pas un objet. L’homme est un vrai parasite. Jamais j’accepterai de tuer un animal pour mieux vivre. J’aime beaucoup vos articles , mais là je suis très déçue.

  15. calore dit :

    tout à fait d’accord avec vous. Je suis sidérée de constater que depuis longtemps, après des siècles d’individus qui ont placé la liberté et leurs convictions au dessus de leur vie et de leur confort,nous plaçons aujourd’hui le confort et la vie à N’IMPORTE QUEL PRIX au dessus des valeurs spirituelles.Ce qui revient à dévaluer la vie au nom de la vie……ce qui inclut par conséquence immédiate le non respect de toute vie animale et la négation de l’équilibre qu’invente la nature en permanence.Merci à vous pour vos analyses.

  16. Barth M-C dit :

    Est-ce que l’homme mérite d’être sauvé?

  17. Implants de porc : cela s’es déjà fait du temps de l’Atlantide (selon le médium américain Edgar Cayce : voir « L’univers d’Edgar Cayce » de Dorothée Koechlin de Bizemont). Ensuite, les gens allaient dans « le temple de la beauté » enlever leurs implants animaux. Nous sommes en train de refaire les mêmes erreurs. La vraie guérison sera apportée par l’élévation de conscience. Actuellement, des ondes cosmiques diverses nous bombardent, qui favorisent notre régénération, la régénération de l’A.D.N. En février 2016, le québécquois Pierre Lessart va sortir un livre à ce sujet. Nous pouvons déjà utiliser certaines méthodes méditatives, d’ouverture de conscience, de respiration pour aider à la régénération de l’A.D.N. Aimer la vie, les êtres, vivre dans une éthique universelle (réflexions nécessaires !), trouver sa mission de vie : tout ceci est favorable à une longue vie en bonne santé.

    • Rose dit :

      Bonjour Rose-Marie,

      Je vous remercie pour votre commentaire qui introduit une nuance importante sur le sujet.
      D’après mes infos, la chute de l’Atlantide était due en partie à cause de l’alliage entre le biologique et la machine….La vie est conscience. « Elle ne supporte pa bien » lorsu’on essaye de la combiner avec des circuits électroniques…
      Concernant l’enseignement de Pierre Lessard, je vous ferais remarquer que le Maître véritable réside dans le coeur, et c’est nous-mêmes, donc je ne permettrais pas l’enseignement de quelqu’un d’autre au dessus de mon propre ‘instinct spirituel ». Concernant l’ADN il me semble utile de préciser que selon les dernières recherches et trouvailles, l’adn n’est pas spécifiquement à régénérer, mais plutot à infuser d’amour et de conscience pour le rendre plus performant à exprimer l’harmonie et la santé (un esprit sain dans un corps sain), plutot que le stimuler à des répétitions de choses parfois très traumatisantes du passé. En effet l’adn enregistre et se replique.Il ne se réinvente pas. Il peut être altéré quand nous ne respectons pas notre vie, notre nature.. Il peut être aussi sublimé. C’est le progrès de notre cosncience qui est capable de le changer et de corriger même des expressions pathologiques de gènes. En ce qui me concerne j’ai compris que je suis le Maître de ma génétique (gène-éthique…) et que je suis bien plus que ma génétique. Elle n’est là que pour me fournir un corps et une expérience en ce monde et il m’appartient de « faire évoluer le schmilblick dans ma lignée » par la qualité de ma conscience. L’adn n’est pas le graal. Nous sommes le graal.

  18. Marie-jo Delaye dit :

    Bonjour,
    Je lis avec intérêt vos lettres mais celle-ci me fait mal. On ne parle pas de la maltraitance des animaux de laboratoire qui est abjecte. Et moi, je sais que je refuserais de faire transplanter le cœur ou tout organe de quelque animal que ce soit pour soit-disant sauver la vie d’un de mes enfants. L’animal a été enfin reconnu comme un être sensible dans le Code Civil, il serait temps d’appliquer la loi et de nous respecter en respectant l’animal.
    Cordialement,
    Marie-jo Delaye

    • zwaky dit :

      MARIE JO DE LA H …drôle de mère pas maternelle pour 2 sous …une mère comme toi …je n’en voudrais pas,la vie de mes enfants passe même AVANT la mienne et peu importe l’animal ou le prix.,,l’humain a une conscience et pas l’animal.Dans ce cas ne manges plus de viande quelle qu’elle soit.

  19. Gaudry dit :

    Bonjour,
    Je comprends bien votre commentaire, mais lorsqu’il est nécessaire de remplacer le coeur d’un bambin, la greffe est la seule alternative. Aucun moyen naturel ‘pour garder la santé’ n’arrivera à sauver l’enfant…

    Cordialement,

    É. Gaudry

  20. nicolas dit :

    Et tous les animaux qui seront enfermés, charcutés, observés dans leurs interminables agonies par des médecins-chercheurs qui se prennent pour des élites mais qui sont en vérité des misérables. N’est-ce pas le plus grave?

  21. Julien dit :

    Article intéressant, j’ai envie de rajouter (avec un sourire malin et la volonté de titiller un peu) :  » Pas très vegan tout ça !! »

  22. Jacquie dit :

    Je ne peux m’empêcher de réagir à cet article !! Quelle horreur d’imaginer de vivre avec un organe de cochon ! Pour moi c’est impensable ! Et croyez moi, si les implantations d’organes de cochon devenaient monnaie courante et que l’on me propose une telle solution pour moi ou quelqu’un de ma famille, ce serait un non catégorique ! Plutôt mourir !

    Pour moi la mort n’est pas une fin, mais une continuité. Nous ne sommes que de passage sur cette terre et appellés à mourir à cette vie terrestre pour renaître à une autre vie sous une autre forme. Je n’ai nullement peur de la mort et si le destin me la faisait entrevoir et que l’on me propose un organe de cochon pour la retarder, cela me ferait rire !! Ou peut être pleurer de la bêtise et de l’ignorance humaine ! Pourquoi l’être humain occidental s’accroche-t-il tant à la vie terrestre et refuse-t-il de voir qu’il est bien autre chose qu’un corps fait de matière périssable ? Aujourd’hui ou la physique quantique nous prouve que la matière n’est qu’illusion ????
    Je suis vraiment stupéfaite de constater que l’on veut préserver cette vie matérielle le plus longtemps possible coûte que coûte ! Et chagrinée que les scientifiques soient aussi obtus et aussi peu intelligents pour ne pas réaliser que la vie véritable d’un être humain se situe bien au delà de ses organes physiques ! Et le résultat est que les maisons de retraite sont remplies de corps âgés encore en fonctionnement… et je parle bien de corps…. Car la vie qui les habite n’est déjà plus là…. Et je sais de quoi je parle….

    Et l’ignorance va jusqu’à ne pas réaliser que la vie évolue dans ce monde matériel depuis le règne minéral, en passant par le végétal, animal et puis humain. Si nous avons évolué du règne animal pour arriver au règne humain, ce n’est pas pour redevenir des animaux !! Car c’est bien là ce qu’on nous propose en voulant nous implanter des organes d’animaux non ? Ces organes sont composés de cellules vivantes qui elles aussi évoluent ! Alors vivre avec un coeur de cochon ne vous fera certes pas devenir un cochon, mais imaginez vos cellules humaines devant cohabiter avec des cellules animales…. Je vous laisse réfléchir sur le résultat possible d’une telle association ! Je ne pense pas qu’elle sera bénéfique à votre évolution spirituelle !
    Oui bon, je vais jusqu’à ne pas manger de viande animale et cela depuis ma naisssance…. Et je me souviens que lorsque j’ai appris que l’insuline que l’on injectait à un membre de ma famille diabétique était d’origine animale, j’étais plus jeune, mais j’avais été instinctivement choquée….

    Je suis d’accord avec le fait qu’au lieu d’investir des sommes astronomiques dans de telles recherches, on ferait mieux de les utiliser dans la prévention et dans la recherche de l’origine des maladies. Et aussi dans l’éducation dès la maternelle du sens de la vie et de la mort, comment est construit un être humain, que sont les pensées et les émotions et comment elles agissent sur le corps physique….. Mais là, je rêve…. Ou plutôt j’imagine l’humanité du futur, quand elle sera libérée de l’avidité matérielle…

    • Rose dit :

      Entièrement d’accord…
      Et
      L’amour et la bonté, résolvent bien des problèmes.Mais cela ne suffit pas toujours. La maladie et les infirmités sont des situations choisies par l’âme, pour évoluer ou pour toucher le coeur des autres. Je ne vois vraiment pas comment un coeur de cochon peut aider. Mourir d’un coeur défaillant, c’est comprendre que faire barrage à l’amour est la mauvaise direction. Mourir d’un coeur défaillant c’est comprendre combien aimer et être aimé est important. Et c’est « encaisser » le manque d’amour avec lequel on agi, dans une vie précédente.

      • zwaky dit :

        thérèse …toi au moins tu ne vas pas par quatre chemins,tu as tout à fait raison…les gens sont tellement bêtes qu’ils prennent leurs animaux pour leurs semblables…aux mêmes titres que leu r propre famille…ils oublient vite que chacun doit être à la place et rang qui sont les siens.Dieu n’a pas dit de se laisser mourir quand il y a une solution…sinon c’est du suicide…Il nous a tout donné dans la nature les animaux quels qu’ils soient y compris…nous ne sommes pas semblables aux animaux…un corps différent …un cerveau différent doté d’intelligence …la parole…la pensée…la tendresse tout cela est le propre de l’homme et pas de l’animal,moi Musulmane de confession je ne refuserais pas car le Prophète saaws a dit que si c’est nécessaire de se «  »soigner avec le port ou l’alcool »cela est permis.

  23. THERESE dit :

    Hé bien moi je vous dis mille fois mieux vaut un petit cochon bien rose et innocent que la personne morte sur la route où je ne sais comment et dont jamais je ne saurais rien
    Le petit cochon n’a rien commis il est juste la soit pour nous nourrir ou nous sauver
    On ne vous dira jamais que c’est le cœur ou le rein d’un dégénéré ou de quelqu’un qui ne pense pas comme vous
    Comme on dit dans le cochon tout est bon
    J’ai toujours voulu avoir un cochon chez moi et je n’aurais aucune appréhension de l’avoir en moi
    Merci pour vos articles mais aujourd’hui ça me pompe

  24. Chenot dit :

    Bonjour,
    sauf erreur de ma part cela fait déjà quelques années que l’on greffe des valves cardiaques de porc à des humains, je ne sais pas combien exactement mais ce n’est pas trés récent.
    Je ne sais pas non plus si c’était déjà des animaux génétiquement modifiés.
    Dans tout les cas, greffes d’organes ou tissus animaux, virus issus de tissu de volailles ou bovin …etc, nous avons allègrement franchis la barrière naturelle des espèces et je pense que cela ne sera pas sans conséquences.

  25. Hélène dit :

    Ce n’est pas l’implantation d’organes porcins qui doit inquiéter (si les techniques sont suffisamment au point, bien sûr) . C’est le sort de ces malheureux animaux innocents, que ce soit maintenant pour l’élevage ou plus tard pour sauver des humains, après avoir subi toutes sortes de manipulations, voire de tortures. Que l’homme mange, oui, qu’il préserve sa santé avec les moyens qu’il découvre, oui. Mais en faisant souffrir AU MINIMUM ceux qui ont autant que lui le droit de vivre, et de vivre dans le bien-être.

  26. THIELEMANS dit :

    De plus,a t’on le droit d’exploiter les animaux (ici il s’agit du cochon)à ce point?
    Je suis partisan de l’organothérapie à dose homéopathique.Mais la différence,c’est qu’en organothérapie,on ne sacrifie pas un animal exprès pour cela.Il suffit aux laboratoires homéopathiques de se procurer les souches d’organe dans un abbatoir.De plus,on pourrait si on le voulait, prélever des échantillons d’organes par ponction sur un animal vivant(ou meme pourquoi pas, sur un humain).Comme on fait une ponction lombaire par exemple.Il en faut très peu puisque c’est à dose homéopathique.
    Je suis persuadé que si l’organothérapie homéopathique était pratiquée plus souvent,et quand il en est encore temps,on pourrait éviter bien des greffes d’organes.
    Meme remarque pour les sérocytols (pour ceux qui ne connaissent pas les sérocytols,voir sur Google)

  27. Abdel dit :

    Pour jouer avec les nerfs de quelqu’un, il suffit de mentionner VERBALEMENT le mot cochon (sauf s’il est vraiment cochon) et pour enrager quelqu’un, une transplantation d’un cœur de cochon serait une solution à prévoir, or la rage n’a d’autre remède que la tombe. Par conséquent de telles recherches seront en vain.

  28. Martine dit :

    Et si on s’occupait enfin d’améliorer la vieillesse de nos parents de plus de 90 ans qui n’en finissent plus de mourir dans la déchéance? Nos scientifiques ne s’intéressent qu’ à l’inutile à venir.Occupez- vous de l’existant.Il y a tant à faire

    • zwaky dit :

      martine …tu ne dois pas avoir d’enfants ou alors tu es une « mère coucou » qui pond dans le nid des autres et les laissent se démerder avec sa progéniture à sa place sinon tu ne raisonnerais pas de la sorte…quand on aime son enfant et qu’on est une « bonne maman » digne de ce nom …peu importe les moyens pour le mettre hors de danger à ses propres risques et périls car avec une greffe c’est pas de la tarte…c’est…ou ça passe ou ça casse et une bonne maman se doit de tenter la chose en se remettant à Dieu.

  29. Marc D. dit :

    Quel parent renoncerait à cette solution ?
    Tous les Catholiques non conciliaires !

    et les musulmans solution pas hallal .

  30. hassan dit :

    le seul probleme c est que vous n avez pas pense au personne de religion musulmane a qui ce processus ne pourrait pas convenir car le porc est interdit sous tout ces formes aussi bien de le manger et encore moins d etre transplante dans un corp humain donc cette alternative ne convient pas pour les musulmans dans ce monde

  31. M. Sylvie dit :

    Bonjour Mr Dupuis,
    Merci pour vos articles, toujours très intéressants. Pourtant dans cet article je pense que vous omettez une dimension essentielle : ces technologies et recherches très coûteuses ne sont réservées qu’à une infime minorité de la population mondiale. En France, jusque là préserver par un système social solidaire, ne fait plus exception et la population ne peut plus se soigner..et n’ont malheureusement pas accès à vos conseils. Personnellement, en invalidité, je vis avec 423€ et je ne peux donc m’abonner à votre Lettre…
    Merci pour vos conseils,
    Sylvie M

  32. veronique dit :

    je vous lis assez régulièrement, et, tout comme vous le dites en parlant de vos lecteurs, cela me permet de me sentir moins seule quant à mes convictions. merci pour ces réflexions pleines de bon sens et d’humilité. Je rajouterai simplement que l’humain (ce petit garçon avec un cœur de cochon) ne sera pas le seul à souffrir de cette pratique. En effet,que dire des cobayes ? Je ne connais la part de savoir humain lié à l’expérimentation animale. Mais est-il nécessaire d’en rajouter pour satisfaire la fatuité de l’homme ?

  33. MATHIEU-C. dit :

    Je ne vois pas ce qu’il y a de dégradant ou déshonorant à porter un organe de PORC – et non pas de « cochon » !
    Vous dîtes vous-même que vous accepteriez une greffe pour votre enfant !
    Que de contradictions à partir d’une idéologie idiote !
    Votre article de type « obscurantiste » m’a déçue et outrée !
    Merci de respecter les hommes et les porcs.
    M.C-M

    • Anibé dit :

      Le cochon est l’animal familier, domestique.
      Le porc, c’est le terme technique qu’on met sur l’étiquette du paquet de « viande », ce qui permet de ne pas éprouver de sentiment pour l’animal en question!
      Personnellement, je préfère le cochon… mais je ne le mange pas, en général. 😉

  34. il y a aussi un problème de devenir de l’espèce : vu que l’on n’a pas de prédateur, il on s’évertue à faire vivre tout le monde, on finira par avoir des problèmes de dégénérescence, peut être que l’on arrivera à faire vivre des gens toute leur vie sous assistance médicale… évidement, comme vous le dites si bien, si c’est notre enfant, on a du mal à rester impartial : ) mais personnellement la vie sous perf en permanence ne m’intéresse pas et je préfèrerai en terminer au plus vite (mais on n’a pas le droit de mourrir en france) ce qui me fait gérer ma vie différemment pour ne pas avoir trop les boules et frustration en cas de mort prématurée ! : )

  35. Andrew dit :

    Très intéressant mais difficile d’ en faire profiter à l’ avenir nos patients musulmans ! !

  36. Thierry Vidal dit :

    Pour faire un brin d’ironie, je dirai qu’il me semble qu’il y a fort longtemps que l’homme à un cœur de cochon!
    Sans cela, notre regard sur la vie et la mort serait différent…

  37. catherine b. dit :

    Nous avons plus confiance en la vie ici-bas qu’en la vie éternelle, promise par les religions. Il est donc normal que nous fassions tout ce qui est possible pour rester ici-bas.
    Certaines communautés sont prêtes à sacrifier leur vie pour ne pas devoir subir une transfusion sanguine, ce qui est également considéré comme malsain. Il y a une trentaine d’années, des personnes ont ainsi provoqué un tollé dans les media, parce que les parents refusaient une transfusion pour leur enfant.
    Alors, oui, nous pouvons nous poser les questions.
    Pour ma part, je soutiendrai à fond les recherches allant vers la direction de greffes d’organes animaux sur des humains, même si cela fait bizarre au premier abord.
    Sachant ce qui se passe chaque jour dans les élevages industriels, je ne considère pas qu’un cochon qu’on tuerait pour enlever un organe spécifique destiné à une greffe humaine soit une chose plus grave que de tuer un animal pour se nourrir.

  38. Bosmans dit :

    Pourquoi ne parles t’on pas aussi de la souffrance des cochons ? C’est vrai que c’est génial si cela sauve des humains mais n’oublions pas que au point de vue étique cela peut être dérangeant de voir ces »sauveurs » sans aucune considération, ni états d’âme.

  39. perniceni dit :

    « cela ne fait de mal à personne , sauf à l’enfant qui aura reçu le coeur d’un cochon « ….je vous trouve un peu hatif dans vos conclusions… le cochon fait don de son coeur et de sa vie ! et on le passe sous silence ? sans oublier les miliers d’animaux morts pour arriver à ce resultat . Et si l’on presentait les choses sous cet aspect à l’enfant receveur ? La vie comme un cadeau dont il faut prendre soin … je pense qu’il ne pourrait etre que fier et reconnaissant de ce don !

    • Anibé dit :

      Merci ! Loin de tous les fantasmes échevelés, voici (bien qu’on ne demande pas son avis au cochon) une belle conclusion, humaine et éclairante !
      Bonne route à vous ! 🙂

  40. A relire d’urgence, de Bernard Werber : « Le Père de nos Pères »… Il y prédisait déjà ceci… en 1998 ! 😉

  41. Rouchard dit :

    Comme je n’ai jamais pensé que c’était Dieu qui avait créé l’homme mais que c’était l’inverse, je n’ai jamais non plus pensé
    qu’il existait un différence ontologique de nature entre l’homme et l’animal ou même le végétal .S’il existe des différences
    (elles sont évidentes !) ,elles ne sont que des différences de degrés .A partir de cette affirmation qui est loin d’être partagée
    (en raison notamment des dérives provoquées et entretenues par le mythe des religions ),rien ne me dérange dans le fait
    de porter un jour un cœur de cochon , de la même manière que je suis très satisfait de savoir qu’il existe une multitude
    de plantes capables de me soigner
    Amicalement ,Pierre R.

  42. Joubert dit :

    Bonjour et merci pour cette réflexion. Je savais que l’homme pouvait être un loup pour l’homme mais un cochon…
    Il me semble tout de’ même, ayant eu à me poser la question pour mon fils, que l’on utilise déjà des valves de cochon pour remplacer celles de personnes qui souffrent d’insuffisance aortique par exemple. L’intérêt m’a t il été dit étant que cela évite de prendre des anticoagulants à vie comme cela est nécessaire lorsqu’il faut implanter des éléments métalliques au niveau du cœur. Par contre avec le « cochon » il est nécessaire de changer le « matériel » tous les 10 ans voire plus rapidement chez les jeunes gens. Ce qui fait que mon fils attend les progrès éventuels au niveau chirurgicale pour avoir d’autres options plus satisfaisantes pour son souci d’insuffisance aortique sévère diagnostiquée lors de ses 17 ans , il en a aujourd’hui 35 … Merci.

    • Rose dit :

      Bonjour,

      Il existe aussi des pistes complémentaires. A mon sens on gagne à trouver la cause réelle, celle qui est d’un autre ordre que physique. Des moyens comme les suivants peuvent aider: kinésiologie, hypnose, constellations systémiques familiales, médiumnité. La prise de conscience et le dialogue avec les parties de soi en souffarnce ainsi qu’avec les cellules du corps, peut aider aussi.
      Complémentairement, j’ai entendu que le produit HEARTGEM des laboratoires GEMATRIA (très fortes doses de vitamines B spécifiques) pouvaient aider un coeur défaillant à éviter la transplantation.

      • zwaky dit :

        ROSE ah quelle rêveuse de quatrième???lol ,quand ton véhicule a une pièce défectueuse …emmène le au médium et non au garage…loool ! quel raisonnement idiot !!!!

  43. Jean Noël Guérin dit :

    Je suis effaré par ce genre de « progrès ». L’homme n’est pas qu’une machine dont on peut changer les pièces !

  44. PEOC'H dit :

    Les musulmans n’accepteront jamais qu’on leur transplante un organe de porc.
    La meilleure solution est la transplantation d’homme à homme. Tous les jours, en France, il y a des gens qui meurent brutalement et qui pourraient offrir un organe. Il faut élargir la législation du don d’organe.

    • zwaky dit :

      peo’ch…foutaise un musulman doit user de » porc ou d’alcool » quand il est gravement malade et qu’il n’y a aucune autre solution possible et il lui est interdit de mourir de la sorte… qui n’est autre qu’un suicide…alors tu crois qu’il devrait aussi refuser un organe d’un chrétien …un juif ou encore pire d’un athée ??? CEUX NE SONT QUE DES RAISONNEMENTS A 2 CENTIMES….

  45. Marie D. dit :

    Bonjour,

    En 1980,mon père a reçu une valvule de porc pour son coeur défaillant.
    C’était à l’hôpital universitaire de Mont Godinne.
    Cette greffe a tenu 10 ans grâce à quoi il a eu encore quelques années de
    bonheur avec sa femme et ses enfants et petits enfants.

    Je crois me souvenir qu’à l’époque,c’était une intervention bien connue déjà.

    Est-ce possible???? Merci pour tous vos articles si intéressants qu’on ne trouve
    nulle part ailleurs.

    Marie.

  46. Joelle B dit :

    il y a déjà longtemps qu’ on greffe des valves cardiaques de porc, et ça ne pose de problème à personne, personne n’ est victime de rejet. la seule différence morale entre recevoir un coeur humain ou un coeur de porc, c’ est que le coeur humain vient d’ un humain décédé alors que le coeur de porc vient d’ un porc tué pour son coeur.
    il y a pire que de recevoir un organe isolé, et le pire est le rêve transgénique de modifier l’ ADN humain, là l’ homme ne serait plus tel que jusqu’ à présent, il deviendrait un être hybride.

    • zwaky dit :

      Joelle B….de nature déjà le porc à presque le même ADN que nous «  »à 90 ou 99% » »,je ne vois donc pas comment l’humain pourrait devenir hybride ??? ce serait à cause de son ADN proche de nous qu’il est interdit aux Musulmans de le manger au contraire aux chrétiens qui sont devenus des cannibales en le consommant et sans modération aucune…alors que réellement ils leur est interdit à eux aussi de le manger et c’est sur la bible pourtant…

  47. Jean François O. dit :

    C’est une forme de tératogénie, plus précisément d’après la racine grecque de ce mot c’est de la génétique monstrueuse.
    Il y a une limite à la manipulation médicale invasive; celle de l’éthique de l’espèce qui doit interdire les croisements monstrueux par voie génomique ou chirurgicale.
    Nous ouvrons une boîte de Pandore qui n’a qu’un but à terme: faire des humains des cyborgs biologiques et peut-être un jour bio-mécaniques.

    Il est clair que si une telle alternative m’était proposée, pour moi-même ou l’un de mes proches, je la refuserai!

    On ne peut pas accepter n’importe quoi sous prétexte d’exploiter la peur de la mort chez des patients.

    Car le problème de fond est bien là; notre refus culturel de la mort est incompatible avec la réalité des cycles naturels, comme l’est par ailleurs toute notre médecine. Mais il fait le bonheur des laboratoires…..

  48. A N Onyme dit :

    Vivre avec un coeur de cochon? Des pieds de cochon? etc… Bien sur ça pose un certain nombre de problemes éthique: Problème du financement alors que des milliards de gens meurent de faim Problème de respesct de la vie et du respect des conditions de vie mais voilà moi je le vois au niveau de la vie animale Nos amis les animaux ne sont ni des garde manger ni des banques d organes

  49. Grodada dit :

    Le côté positif:
    on va pouvoir récupérer des cœurs de cochonnes…

  50. PT. dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre intéressant article, toutefois, à notre époque cette technique devrait faire bondir un tiers ou un quart de la population mondiale, comment en effet imaginer que les musulmans ou les israélites acceptent cette possibilité, ils seront eux prêt à laisser mourir leur enfant si la seule alternative est de greffer une partie de cochon sur ou dans le corps…
    Qu’en pensez-vous ?
    Je précise que je ne suis ni musulman, ni israélite…
    Cordialement.
    Pierre T.

  51. o.malley dit :

    L’homme s’est arrogé le droit de vie et de mort sur les animaux .Est il moral de faire tant d’expériences mortelles sur eux.?

  52. H. Roger dit :

    J’ai toujours pensé que le salut était dans le porc!
    Je plaisante aussi, bien sûr…
    Cordialement
    Roger H.

  53. polpoel dit :

    Un vrais comité d’étique !! et vite !! On va droit dans le mur avec ses pseudos scientifiques qui sauvent que une seule chose : leur salaire !!

    Comment réagir ?

  54. DETTLOFF dit :

    Bonjour à vous, Je suis également certain que dans les cas extrêmes personne n’hésitera ! Vivre ou Mourir …. Telle est la question ….. 99,9 % d’entre nous optera pour la vie … Quoi de plus naturel ?
    Lorsque certaines transplantations ont été pratiquées à la base de donneurs vivants et vendant leurs organes pour pouvoir manger, les receveurs se sont-ils posé des questions ? Les praticiens se sont-ils posé des questions ? Non, car depuis très longtemps la « morale » à quitté ce monde !
    Hé bien quitte à choquer, je préférerai vivre avec le rein, d’un porc dans mon corps (ce n’est qu’un filtre) qu’avec le même organe émanant d’un pauvre hère qui l’a vendu pour vivre ! Quant au cœur il n’est question que d’une pompe et qu’elle émane d’un porc ou soit « synthétique » ou est le problème ? Pourtant personne ne réagit aux transplantations du cœur artificiel !!!!!
    Je suis tout de même surpris de certaines réactions, ou débats tel celui-ci . Alors certains disent : « laissons faire la nature » ! d’autres : « dieu l’a voulu ainsi » ! Trop de gens souffrent de maladies que la race humaine a sinon créées au moins provoquées et si cette même race humaine peut trouver des remèdes à ses propres faiblesses je ne vois pas de problème tant que ce n’est pas un autre humain qui doit en pâtir !
    J’ai vu trop de mes proches partir trop vite, de cancers, de problèmes cardio-vasculaires, moi-même ai fait un AVC. et si l’on pouvait me rendre les forces perdues, la mobilité perdue, même avec des organes de porc je ne dirai pas non !…..
    Je reste persuadé que seule une personne bien portante peut raisonner ainsi que le texte est présenté !
    Respectueusement .

    • Rose dit :

      Je comprends votre point de vue.
      J’ajouterais depuis mon expérience, que le tiers du problème vient d’un manque de contact conscient de l’être humain avec son corps pour pouvoir le respecter et lui donner ce qui le respecte, et aussi un manque de sensitivité et intekkigence avec sa propre âme, car les problèmes physiques sont très souvent simplement une traduction de souffrances de l’âme et de la lignée. Cela fait des années que je cherche et trouve les causes de mes problèmes physiques. Et en plus d’un régime alimentaire qui me respecte, la solution est si souvent venue d’un pardon demandé à ceux que j’ai blessés ou diminués dans le passé lointain, et ensuite d’un pardon de moi-même avec l’aide « du ciel ». Méthode HOPONOPONO. Pour ne pas faire que souffrir. Pour que la conscience et l’âme y gagnent.
      Pour l’énergie vitale, mangez ce qui en contient: graines germées non irradiées, légumes et fruits frais, viande fraichement cuite, eau vortexée. Evitez impérativement les surgelés et le micro-ondes (les cellules sont obligées par un aimant très puissant à changer de polarité magnétique 2 milliards de fois par seconde, ce qui provoque le relâchement d’énergie… votre aliment est vidé de sa propre énergie vitale et exigera de votre corps qu’il lui en fournisse afin de pouvoir l’assimiler…. c’est presque le principe des vases communiquants).
      In fine, respirer l’air du solel levant et marcher pieds nus sur la terre.
      Bien à vous.

  55. Lise r. dit :

    Bonjour, j’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt. Je peux parlé personnellent de transplantation de peaux de porc.
    J’ai un point à éclaircir avant. Quand ont dit, transplantation de peau de porc, cela ne veut pas dire implanté de la peau sur notre peau. Moi, j’ai eu plusieurs opération au bas du ventre depuis plusieurs années, car je n’avait plus de muscle au niveau du bas ventre pour retenir mes organes en place. Mon chirchurgien à eu une très bonne idée, il m’a transplanté une peau de porc dans mon ventre pour remplacer mon muscle et cela à changer ma vie en positif. Maintenant, je suis capable de marché et de vivre mieux. J’aime mieux savoir que j’ai une peau de cochon dans mon ventre, car au moins il n’a personne de mort ou extropié. Car, oui dans les pays pauvre, les gens vende leurs organe et même il y a des cas de volle. Si, un jour pour sauver des vies humaines ont doit prendre des organes de cochons, pourquoi pas?

  56. steffen dit :

    « Quel parent renoncerait à cette solution ? Et après tout, à partir du moment où ça ne fait de mal à personne, où est le problème ? Nous avons tout à y gagner, n’est-ce pas ? »

    « L’opération fera mal… à l’enfant. Il vivra, c’est sûr, mais s’accepter lui-même, arriver à vivre avec l’idée que c’est un cœur de porc qui bat dans sa poitrine, cela sera horriblement douloureux. »
    IL ME SEMBLE QU’ON A OUBLIE QUELQU’UN.

  57. kabbadj dit :

    Un coeur de cochon, pour moi ca veut dire des emotions de cochons et plus loin, une mémoire de cochons et encore plus finallements des décisions de cochons, donc décision animal.
    Apparement il y’a une étude qui dit que le coeur n’est pas seulement une pompe mais qu’il mémorise aussi, peut etre les emotions, je n’ai pas cherché la dessus pour me justifier mais j’ai une preuve que peut etre vous n’accepterez pas mais bon, c’est bien de le dire.

    • Anibé dit :

      Il serait intéressant de s’interroger sur la raison de ce choix : le « cochon »…
      Se souvient-on au moins (il semblerait que non, dans les générations actuelles) que l’organisme animal le plus proche de l’être humain est… le cochon ! Mais oui…
      On s’interrogera ensuite sur toutes les expressions qui « ramènent » l’homme au niveau de ce pauvre animal: « tête de cochon », « caractère de cochon », « quel cochon »… j’en passe et des meilleures.
      Le pauvre cochon a également payé bien cher le fait que « dans le cochon tout est bon »! Pauvre bête… Et en plus, depuis bien longtemps, le pauvre animal n’a plus grand chose de naturel, « sélectionné » et génétiquement modifié qu’il est, même pour la « consommation » alimentaire. Ce qui fait qu’il est devenu partiellement impropre à ladite consommation, alors qu’il a permis à l’humanité de survivre pendant pas mal de siècles. Ce qui n’est probablement pas le cas des races anciennes (porc noir, entre autre), mais la question n’est pas là.
      Mais dans ces conditions, je ne peux que répéter ce que j’ai dit plus haut, il ne faut pas fantasmer sur cette histoire de greffes: l’homme qui a un organe de quelqu’un d’autre n’hérite des caractéristiques du « fournisseur » de l’organe, il développe une angoisse qui va l’imprégner et le pousser à des réactions anormales. A fortiori pour cette histoire de « cochon », pardonnez-moi mais le gars qui a « des emotions de cochon et plus loin, une mémoire de cochon et encore plus finallement des décisions de cochon, donc décisions animales » c’est simplement quelqu’un qui arrivait à se maîtriser auparavant mais qui sous l’influence du stress de l’opération et le la « révélation » de l’événement, se lâche et montre en fait son VRAI caractère. 😉
      Bien à vous.

    • DOLLINGER dit :

      oui,le coeur mémorise pour s’adapter mécaniquement aux différentes situations ,par exemple il était connu que le soldat qui devait aller monter la garde avait le coeur qui se mettait à battre progressivement plus vite,même si le bidasse était encore au repos sur son lit.Mais de grâce ,nous sommes au XXIième siécle ne faisons pas du coeur le siége de nos émotions!

  58. Charley dit :

    Terrifiant ! Consacrer efforts et financements pour l’exploitation – la sempiternelle exploitation – de ce qui n’a pas la « chance » d’être humain sur cette planète au seul profit de ces êtres destructeurs, névrosés, psychotiques et orgueilleux que sont les humains est inacceptables à mon sens ! On va pouvoir rendre plus esclaves de l’Homme encore ces espèces animales qui paient déjà un lourd tribut à la vivisection et à la « science » ! Et on continuera à ignorer les médecines non conventionnelles qui pourraient sauver l’humanité ! On va pouvoir se détruire en paix : alcool, alimentation, diabète… Peu importe : il suffira d’immoler un cochon sur l’autel de la science pour moi et ce sera reparti pour un tour !

    Je ne veux pas de cette Humanité là !

  59. HENRY dit :

    Oui, je partage totalement la conclusion de Monsieur DUPUIS et j’y ajouterai que ces « innovations », contre nature, impliquent en amont la souffrance et la mort d’une multitude d’êtres vivants dont on ne recueille jamais l’assentiment, qu’on sacrifie sans qu’ils ne puissent jamais donner leur avis, qu’on ne considère que comme des matériaux sans âme, sans histoire et insensibles : les animaux dits « de laboratoire ». Toutes les facultés médicales du monde entier, et je pense à certaines photos ayant récemment « fuité » de facultés américaines, détiennent, dans des conditions souvent abominables, des singes, pour ne citer qu’eux, qui, après des « expériences » malheureuses agonisent pendant des heures dans d’étroites cages sans même une écuelle d’eau. L’espèce humaine est une calamité pour le règne animal et pour la Nature en général qui ne sera heureuse qu’après sa disparition.

  60. Davis dit :

    Je suis révoltée! Je lis avec intérêt toutes vos lettres et les trouve très pertinentes, mais cet article est révoltant! Pas un mot pour la souffrance des cochons , pour les expériences cruelles qu’ils subissent! Et vous balayez l’expérimentation sur les singes comme s’il s’agissait d’une chose insignifiante!
    Je vous croyez compatissant. En fait, vous êtes de ces humains qui pensent avoir tous les pouvoirs de vie et de mort sur tout ce qui vous semble inférieur!

    Comme je vous l’ai dit, je vous lis depuis des mois et avais confiance en vous…..C’est fini….

    • Rose dit :

      On a besoin les uns des autres pour mieux discerner et nourrir le bon sens spirituel et l’âme.
      Votre sensibilité vous honore. Il reste que un animal est moins important qu’un être humain, c’est pourquoi on en mange. C’est terrible ce que je dis là, à moins de restreindre sa consommation au strict minimum et de le remercier et de bénir son âme, consciente de son sacrifice, cet être vivant que l’on aime tant aussi. Si je pouvais me passer totalement de viande, je le ferais.
      Bien à vous et à tous.

  61. Brigitte A dit :

    Bonjour,

    Je suis surprise que vous ne mentionniez pas la souffrance animale générées par des expériences dignes de Frankestein (les cochons et babouins que vous mentionnez dans votre lettre, mais aussi chats, chiens, lapins, chèvres et j’en passe… torturés et disséqués dans les laboratoires maudits). Les malheureux animaux destinés aux expériences naissent et vivent quelques temps dans des élevages indignes. Seules la mort et la souffrance les attendent.
    Le cochon, comme tous les animaux, est un être sensible, pas une réserve d’organe pour les hommes dont certains méritent moins de vivre que les cochons. Si des organes doivent être prélevés, pourquoi ne pas le faire sur les monstres humains qui s’en prennent à leurs frères ?

  62. Coquerel Ph. dit :

    J’invite M. JM Dupuis à lire « les Seigneurs de l’Instrumentalité » de Cordwainer Smith auteur de S F disparu il y a 50 ans; j’ai quelques raisons de penser qu’il a vécu ce qu’il raconte sous forme de ‘nouvelles’ situées dans le Futur !… donner des apparences humaines à des animaux ne serait pas impossible; est-ce que cela n’a pas été tenté avec certains succès ? Les rêves de l’humanité ‘augmentée’, du « super soldat » ou d’exécutant privés de conscience germent dans un certain nombre de têtes…
    N’oublions pas qu’il y a une bonne dizaine d’années la Grande-Bretagne avait donné -rapidement- son avis pour que les futurs clones d’humains soient considérés comme des humains véritables; y a-t-il eu approfondissements du débat éthique la-dessus ?? Nous en sommes privés en tous cas !

    Bonne lecture (si possible av la préface de J. Goimard, in « Tu seras un autre » ); et puis ajoutez-y « Farenheit 451 » pour la route..et l’actualité

  63. Cécile dit :

    Merci, Jean-Marc, de partager vos doutes avec tant d’honnêteté. On ne peut effectivement pas affirmer que quelque chose est tout bon ou tout mauvais.
    Ce qui est sûr, c’est que les têtes de cochon resteront 100% humaines. La preuve, nous persistons à vouloir guérir ce que nous aurions pu prévenir, dans tous les domaines.

  64. karen dit :

    Bonjour ,
    Il est toujours très choquant pour moi de voir à quel point le monde animal a peu d’importance aux yeux des humains même les mieux intentionnés…Tant que l’on ne respectera pas nos frères animaux , aucune réelle évolution ne sera possible , et c’est la mort , ce passage et partie du tout , que l’on doit se réapproprier . Combien de babouins et autres être conscients (c’est enfin reconnu) seront encore sacrifiés sur l’autel du « progrès » ? De quel droit admettons-nous cela seulement envisageable ? Nous ne nous sauverons pas ainsi …
    Merci pour la communauté animale d’avoir écouté ces quelques mots…

  65. alessandro p. dit :

    Quelques remarques : le cochon n’est pas naturellement sale ; est devenu sale à contact de l’homme ! En tant qu’animal il ne vaut pas plus ou moins que l’homme, il a tout simplement évolué différemment !
    Mais là où le « bât blesse » c’est refuser la greffe d’organes –pourvu qu’on ait résolu les problèmes d’incompatibilités génétiques- provenant d’une autre espèce animale que la nôtre !
    NB : Compte tenu de l’irrationalité humaine, nous avons beaucoup plus à apprendre sur le comportement et nature d’un cochon –ainsi que tout autre animal- que celui d’un homme ! NON, l’homme n’est pas une créature divine, mais un animal doté d’une intelligence « supérieure » à celle d’autres animaux, mais qu’il utilise irrationnellement ! Il se trompe souvent très « intelligemment »…. En déplaise aux créationnistes….

    • Pmp1 dit :

      Vous avez totalement raison ! Dans un monde en continuelle « évolution », cette nouvelle révolution correspond tout à fait à l’évolution actuelle des mœurs, de la mentalité et de la misère humaines. Il nous manquait plus que ce pas vers la folie et l’horreur, … euh ! pardon je me reprends : vers l’épanouissement sans limite de l’expression du génie humain et des ses découvertes bénies (euh ! « merveilleuses »).

      Voilà qui est naturellement franchi : pas besoin de surnaturel là-dedans, l’homme est assez évolué pour évoluer tout seul vers tous ces fantastiques horizons contemporains.

      Quelle immense joie d’être un homme aujourd’hui ! Quelles formidables perspectives œcuméniques ! Pouvoir communier, euh ! « communiquer » de « cœur » à « cœur » avec la civilisation porcine !
      Vivement que tout cela soit officialisé par la nouvelle religion de la tolérance universelle et tant pis pour le cochon.
      De plus, cela confirme bien ce vieil adage : « Dans le cochon tout est bon ! »

      Ah, au fait, c’est pas le tout, tout ça, J’ai mon rôti de porc à mettre à cuire, moi…

  66. Véronique dit :

    Ce qui me choque le plus dans cette histoire, c’est cette croyance qu’à l’humain qu’il est un être supérieur et qu’il est parfaitement en droit d’exploiter d’autres êtres vivants, de les réduire à l’état « d’objet utile qu’on produit en grand nombre & utilise à sa guise »… Le porc est un être vivant intelligent, sensible et sociable, ce n’est pas un ustensile, un sac d’organes (ni le babouin d’ailleurs…). Je ne pense par contre pas qu’une personne vivra hyper mal le fait d’avoir un coeur de porc, il y en a déjà plein qui ont des valves cardiaques de porcs et qui trouvent cela plutôt positivement étonnant et « cool »…

  67. boelen dit :

    J’ai commencé à lire votre article en étant éffaré du contenant, merci merci de l’avoir conclus de cette façon je partage totalement votre opinion, mon papa est décédé il y à 22 ans, il était en attente d’un coeur « humain » à cette époque lorsque on la prévenu qu’il allait être greffé il à refuser, et à argumenter sa volonté par le fait qu’il ne se sentait pas capable de vivre avec le coeur d’une autre personne.
    Je trouve absurde et désolant que au nom du progrès quelques hommes se donnes le droit de faire n’importe quelle
    expérience, et mettes les familles dans une situation aussi embarrassante accepter l’impensable! Car comment choisir la mort à la vie ! Mais quelle vie.
    Je vous lie depuis des années merci.
    marie pier B

  68. samira dit :

    Cela fait froid au dos .Je n’arrive pas a imaginer qu’il yaurais une generation a vivre avec des organes de porc et plus particulierement des coeurs de porc qu’elle genres de gents vont t’ils etre ,vont t’ils les classer comme 4eme genres .Homme ,femme,gay et homme cochon la fiction et devenu realiter .Il n’y a pas si longtemps j’ai lu que la personne dont elle a recue une transplantation de coeur sentira ou aurra les memes penchant que la personne donnante .Parexple si la personne donnante aimer la musique classique la personne recevante aimera la mesique classique ect…A mon avis c’est une solution qui n’est pas bien etudier et ils ignorent l’impacte sur l’avenir de l’etre humain et sa progeniture ds le future .De mon cote je n’accepterais jamais cette solution.

    • Anibé dit :

      Ah nan mais faut pas faire de la « pensée magique »…!
      Je suis aussi perplexe devant ce genre d' »avancée » de la médecine, mais croire que la personne va développer les caractéristiques de la personne qui a « fourni » l’organe greffé, c’est du pur fantasme, ne croyez jamais ça même si la personne qui vous transmet la rumeur vous donne sa parole que c’est vrai!
      Ce sont des malveillants! Il y a toujours des gens qui mettent un malin plaisir à faire paniquer les autres: ne leur accordez jamais votre confiance, ce sont des pollueurs de la pensée!
      Bonne route à vous !

  69. Frédérique P. dit :

    Absolûment d’accord avec vous. L’acharnement dans tous les domaines de la médecine est effrayant! Bien sûr qu’il faut se battre, lutter, trouver des solutions… Mais il faut également savoir accepter et laisser aller.

    Je voudrais toutefois faire une remarque: « cela ne fera de mal à personne ». En dehors de l’enfant, il y a également d’autres êtres qui souffrent de cette pratique: les babouins ou autres animaux sur lesquels on expérimente, et bien sûr le cochon! Quelle arrogance et quelle vanité qui nous font croire que l’être humain est supérieur, et a, par conséquent, le droit de disposer des autres animaux (et de toutes les resources de la Terre) à sa guise!

  70. jme dit :

    Encore une lettre intéressante, merci !
    Toutefois les personnes qui ont donné leurs vies au nom d’idéaux supérieurs – et il y a a encore qui le font aujourd’hui- le font en l’absence d’autre choix.
    La transplantation, quelle que soit sa nature, apporte un choix, qui en plus ne sacrifie rien (sinon comme vous dites, le « glam »).
    Si un jour je suis transplanté, rien ne m’obligera à m’en vanter publiquement, et je pense que je finirai bien par l’accepter avec le même fatalisme désabusé que j’ai accepté mes fausses dents. Le raisonnement peut même s’appliquer à l’inverse : lorsque on m’a retiré une tumeur bénigne, en ai-je été diminué pour autant ?
    Par contre ce qui ne cesse de me surprendre, c’est le manque de donneurs compte-tenu de l’importance de la population mondiale et de la mortalité générale.
    Enfin, je crains que l’expérimentation animale n’ait encore de beaux jours devant elle.

  71. soeltl dit :

    Bon jour,
    Je viens de lire l’article au sujet des organes de cochons. Je suis tout à fait d’accord avec vous il y a tellement de moyens de se soigner pourquoi faut-il toujours jouer à l’apprenti sorcier? en plus nous sommes trop nombreux sur cette terre,c’est bien beau de vouloir prolonger la vie,mais dans quelle condition?vivre ou survivre? Quand on connait le seuil de pauvreté ça donne à réfléchir.
    En plus faire souffrir ces animaux de laboratoire pour quelque chose d’aussi horrible il y a que l’ humain pour être INHUMAIN.
    Au lieu de vouloir soigner et guérir à tout va faudrait qu’on arrête de nous empoisonner par tous les produits toxiques que tous les industriels de la pharmacie et de l’alimentation nous font avaler et inhaler.
    PS. Je ne suis pas musulmanne

  72. Marie-Hélène MR dit :

    Bonjour Mr Dupuis,

    Je suis tout-à-fait, et entièrement d’accord avec vous !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *