Pas de caries à Pompéi

« Les Romains avaient les dents parfaites et aucun besoin visible de dentiste », estiment les scientifiques après avoir passé au scanner les corps fossilisés de Pompéi.

Ils ont étudié les dents de 30 Romains et annoncé leurs conclusions lors d’une conférence de presse, le 29 septembre 2015, transmise par l’Agenzia Giornalistica Italia [1].

La ville de Pompéi avait été ensevelie sous les cendres du volcan Vésuve en 79 après JC. L’éruption avait provoqué une fossilisation accélérée de la ville et de ses habitants. Préservés des intempéries, ils ont été retrouvés dans un état remarquable de conservation.

C’est ainsi que l’on sait que les habitants de Pompéi n’utilisaient ni brosse à dents, ni dentifrice. Leurs dents étaient pourtant excellentes. Ils souffraient rarement de caries.

Leur secret ?

L’absence de sucre dans leur régime alimentaire.

Pas de sucre à Pompéi

« Les habitants de Pompéi mangeaient beaucoup de légumes et de fruits, mais très peu de sucre », explique l’orthodontiste Elisa Vanacore qui a supervisé les examens dentaires. « Ils mangeaient mieux que nous et avaient vraiment de très bonnes dents ».

Selon Massimo Osanna, directeur du site de Pompéi, leur régime alimentaire était sain, équilibré et semblable à ce que l’on appelle aujourd’hui la diète méditerranéenne [2].

Les secrets de la diète méditerranéenne

Dans son livre Cholestérol, mensonge et propagande [3], le Dr Michel de Lorgeril consacre 12 chapitres à la diète méditerranéenne. Je vous recommande absolument la lecture de ce livre.

Toutefois, voici en quelques mots très simplifiés les bases de ce régime si excellent pour la santé et pour les dents :

« La diète méditerranéenne est une diète riche en céréales peu raffinées, surtout le blé consommé sous forme de pain, de pâtes, de couscous, etc.

Elle est riche en fruits et en légumes frais consommés de façon saisonnière. Les légumes feuilles, en particulier, sont proposés à tous les repas.

Elle est également riche en légumes secs : haricots, fèves, pois (chiches et autres), lentilles.

Les Méditerranéens consomment des fruits à coque (amandes, noix, noisettes) et, pendant l’hiver, des fruits séchés, comme les fameux raisins de Corinthe, mais aussi des figues et des abricots.

Ils consomment les œufs, les poissons et les viandes (plutôt volailles et lapins, dans certaines zones) de façon modérée en général.

Ils consomment des produits laitiers mais seulement fermentés (fromage et yogourts) en quantités faibles à modérées, et surtout ceux faits à partir de lait de brebis et de chèvre.

L’huile d’olive est l’huile exclusivement utilisée pour la cuisine et, évidemment, on ignore le beurre ainsi que les huiles polyinsaturées (tournesol, maïs, etc.).

Les herbes aromatiques (romarin, thym et origan), l’ail et l’oignon sont largement utilisés pour la préparation des repas, de même que les jus de citron et autres agrumes. » (p.227)

Ajoutons à ce résumé que cette diète est riche en acides gras oméga-3, présents dans les sardines, anchois. L’huile d’olive peut être complétée par de l’huile de colza riche en oméga-3.

Lors de la Lyon Diet Heart Study, la grande étude qui a validé dans les années 90 l’efficacité de la diète méditerranéenne contre les maladies cardiaques, les participants recevaient gratuitement une margarine spéciale faite à base d’huile de colza riche en oméga-3.

Rappelez-vous bien que ne pas avoir de caries n’est qu’un avantage de ce régime parmi d’autres.

La diète méditerranéenne protège contre les maladies du cœur, le syndrome métabolique (gros ventre), le diabète et même certains cancers.

Bien sûr, elle doit être adaptée à chacun (par exemple les personnes sensibles au gluten peuvent remplacer les produits à base de blé complet par ceux à base de riz complet et de légumes secs).

L’homme préhistorique avait d’excellentes dents

Les Romains ne sont pas, de loin, la seule civilisation ancienne à avoir eu de bonnes dents.

L’étude de squelettes d’hommes préhistoriques remontant à l’époque où l’homme était chasseur-cueilleur indique également qu’ils n’avaient pas de caries [4].

Ils se préoccupaient toutefois de leur hygiène buccale :

Des dents d’hommes de Neandertal (vieilles de 42 000 ans) portent des traces démontrant qu’ils utilisaient un ustensile pointu d’os ou de bois pour se nettoyer les dents [5]. Il s’agit de l’ancêtre du cure-dents.

Selon une étude menée il y a une centaine d’années par des pharmaciens de Dresde, le dentifrice existait déjà en ancienne Egypte, en Grèce antique, et à l’époque romaine.

En Egypte ancienne, le dentifrice était fait d’un mélange de vinaigre et de pierre ponce concassée.

Les Romains, eux, utilisaient de l’urine humaine comme bain de bouche et pour se frotter les dents [6].

Les dents au Moyen Âge : ne croyez pas Les Visiteurs

Plus surprenant, il en était sans doute de même des hommes du Moyen Âge.

Le film populaire « Les Visiteurs » a largement répandu l’idée que Jacquouille la Fripouille et ses semblables avaient les dents pourries et l’haleine fétide (« Dites Jacquouille, vous avez mangé des croutes de fromage ce matin ? »).

Mais des études ont montré au contraire que la population anglaise sous le règne des Tudors (XVIe siècle) avait d’excellentes dents [7].

Il est vrai que la Reine Elizabeth Ire, la plus connue de la Maison Tudor, avait les dents pourries. Mais ce n’est pas un hasard.

Contrairement au reste de la population qui se nourrissait de racines, de tubercules, de chou, et autres légumes, la reine Elizabeth était très gourmande. Elle ne résistait pas devant les tables royales qui étaient chargées de confiseries, gâteaux au miel, caramels et autres sucreries, signe de prospérité et d’abondance.

On le sait grâce au témoignage d’un voyageur allemand qui racontait, cinq années avant sa mort :

« La Reine est dans sa soixante-cinquième année et semble très digne. Son visage est allongé, sa peau pâle mais fripée et ses dents sont noires : c’est une carence, dont les Anglais paraissent trop malades, parce qu’ils consomment trop de sucre » [8].

Déjà à l’époque, donc, les bonbons et desserts anglais étaient réputés pour leur douceur.

Quand les dents des Européens ont commencé à pourrir

Les dents des Européens ont commencé à pourrir quand ils ont découvert la canne à sucre rapportée d’Orient par les chevaliers partis en croisade. Ils avaient découvert les baclavas, les loukoums, le malban libanais et tous les autres bonbons à base de canne à sucre et de miel que mangeaient les habitants des pays des Mille et Une Nuit.

Ceux-ci connaissaient déjà bien les problèmes d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Le génie de la lampe d’Aladin n’était-il pas gros, et probablement diabétique ? On peut supposer aussi qu’il avait de très mauvaises dents.

Les Orientaux avaient découvert la canne à sucre au contact des marchands des Indes, qui eux-mêmes l’avaient découverte dans son pays d’origine, l’Indonésie.

Longtemps les Européens ont eu des difficultés à faire pousser la canne à sucre car le climat ne s’y prêtait pas et qu’elle épuisait les sols. Puis à la découverte des Amériques, les Européens l’implantèrent avec succès aux Barbades, dans les Caraïbes puis sur le continent américain.

Cette abondance nouvelle du sucre entraîna un effondrement de son prix. Le sucre devint beaucoup plus commun [9]. La denrée devint accessible à toute la population pour le meilleur et pour le pire.

Le sucre, pour le meilleur et pour le pire

L’abondance de sucre eut d’abord des effets bénéfiques.

D’abord, le sucre est bon au goût. Tout le monde aime ça, surtout les enfants. Il procure des bonds de dopamine dans le cerveau, l’hormone de la récompense et du plaisir.

Il est de plus extrêmement énergétique et permet d’affronter hivers, famines et disettes.

Mais le sucre a aussi sa face sombre : en excès, il provoque toutes sortes de problèmes de santé. Aujourd’hui, les coûts cachés du sucre sur notre système de santé sont devenus colossaux.

À l’échelle collective, c’est une ruine.

Des coûts gigantesques

Une mauvaise dentition n’est pas seulement un lourd handicap pour la séduction. Elle vous oblige à subir toutes sortes de souffrances comme de vous faire fraiser les dents, arracher les dents pourries et subir des rages de dents et des abcès à la gencive.

Mais c’est aussi un coût énorme sur le plan financier.

Notre société investit des fortunes dans le matériel sophistiqué de dentisterie, de rayons X, d’anesthésiants, prothèses et autres implants.

Les dépenses dentaires des Français s’élèvent à plus de 3,5 milliards d’euros par an, selon les chiffres de l’IRDES (Institut de recherche et documentation en recherche de la santé) [10].

Ces données budgétaires n’incluent évidemment pas les milliards dépensés par les consommateurs en produits Signal, Colgate, Tonigencil, Aquafresh, Sensodyne, Fluoracil, Elmex et tous les autres géants mondiaux du dentifrice, des brosses à dents, lotions, bains de bouche et chewing-gums (pour les dents).

Mais le sucre entraîne également de multiples autres problèmes de santé. Au delà de l’obésité, du diabète, des maladies cardiaques et du cancer, il est même soupçonné de provoquer une addiction [11] et des problèmes mentaux [12], comme l’hyperactivité [13].

En Allemagne, la patrie de Haribo, un actuel best-seller de librairie dénonce les méfaits de « La mafia du sucre » (Wie uns die Zucker-Mafia krank macht/ Comment l’industrie du sucre nous rend malades) [14].

À quand un éditeur courageux pour traduire ce livre en français ??

 

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis




Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Comment reconnaître une bonne huile (dégustation) Précédemment, je vous parlais de la fabrication de l’huile d’olive, et des arnaques à connaître. Aujourd’hui, vous allez apprendre à goûter une hui...
Probiotiques à base de lait La flore intestinale regroupe des milliers de milliards de bactéries qui colonisent votre tube digestif. Elles le nettoient et l'entretiennent. Elles ...
Comment devenir riche grâce à l’autisme Chère lectrice, Cher lecteur, J’aimerais vous mettre en garde contre des personnes qui utiliseraient les enfants autistes pour profiter des subven...

Consulter les sources :

[1] Pompei: Tac su calchi, dentatura perfetta ma frattura ossa cranio

[2] Ancient Romans ‘had perfect teeth’ thanks to healthy low-sugar diet

[3] Première édition, Thierry Souccar Editions, 2007.

[4] Ancient Chompers Were Healthier Than Ours

[5] Geschichtliches zum Thema Zähne

[6] Wikipedia, Histoire de la médecine dentaire

[7] The Tudors had bad teeth? What rot!

[8] Geschichtliches zum Thema Zähne

[9] Sugar in the Atlantic World

[10] DONNÉES DE CADRAGE : DÉPENSES DE SANTÉ, COMPTES DE LA SANTÉ 2014

[11] A Behavioral and Circuit Model Based on Sugar Addiction in Rats

[12] The Links Between Sugar and Mental Health

[13] Attention-deficit/hyperactivity disorder: is it time to reappraise the role of sugar consumption?

[14] Wie uns die Zucker-Mafia krank macht


11 réponses à “Pas de caries à Pompéi”

  1. me dit :

    Les soit disant médecins spécialistes seraient à 90% ou + au chômage s’ils cherchaient à guérir leurs clients anesthésiés par les remboursements de la sécu et des mutuelles… Les dentistes vivent de ce poison qu’est le sucre raffiné ( pas celui des fruits) ; idem pour les médecins du diabète, du cancer… Les cardiologues vivent du sel (ce grand et pour moi et plein d’autres fabriquant d’hypertension… Les ophtalmologues vivent de notre absence d’utilisation rationnelle des visions proches et lointaines…. Idem pour les spécialistes des oreilles qui profitent de notre manque d’écoute alternée de sons graves et aigus et de notre abus d’écoute de sons forts….

  2. Rihouet dit :

    Bonjour,
    Je suis désolée de vous contredire mais de dire que le sucre pourrit les dents n’est pas toujours vrai !
    Ma grand mère née en 1915, a souffert de malnutrition et ses dents étaient pourris à 20 ans, il ne lui en restait peu ! Alors que sa mère n’avait absolument rien aux dents, et elles ne connaissaient pas le sucre ! Ma mère, ses frères en ont souffert également, toujours dans la pauvreté après la guerre et moi même j’avais déjà des caries dès 5 ans alors que j’étais privée de bonbons, mêmes les dents définitives sous mes dents de lait étaient cariées, mes dents de sagesse sous la gencive ! quand à mon mari il n’a jamais eu de caries et a mangé des bonbons, du sucre…(il a souffert de malnutrition jusqu’à ses 2 ans).
    Je trouve que c’est un raccourci un peu facile, tout le monde n’est pas égal face à cela.
    Maintenant je n’ai plus de caries et mange du sucré : 2 carrés de chocolat noir par jour, du miel, peu de gluten, pas de yaourts, de lait. Je lis et essaie d’appliquer ce que je lis dans vos articles que je partage depuis des années, mais là pour une fois, je ne suis pas d’accord.
    Quant à mes amalgames datant d’une vingtaine d’années, ils partent en morceaux emportant des bouts de dents.
    Mes enfants mangent rarement des bonbons et autres produits sucrés et n’ont pas de caries.
    Voici mon témoignage. Tout le monde n’est pas à mettre dans le même sac. 😉

  3. Grosjean Véronique dit :

    Bonjour,
    Je vais lire le livre allemand que vous conseillez sur les méfaits du sucre. Si vous me trouvez un éditeur, je le traduis…, c’est mon métier Je viens de le commander. Lisons donc ce livre !

  4. ADAM dit :

    Merci pour cet excellent article sur la dentition en rapport avec le sucre!
    Je voudrais ajouter quand-même qu’en dehors du sucre, vraie cause de mauvaise dentition, le calcium joue un rôle capital pour avoir de bonnes dents! Je suis née en 1942, en Allemagne, donc pendant la guerre, et maman n’avait pas une nourriture avec un apport suffisant en calcium. Donc ses dents se sont décalcifiées et les miennes étaient mauvaises, sans alimentation sucrée, sans bonbons! (Je me souviens de mes nombreuses séances chez le dentiste).
    Cordialement
    Edeltraud A

  5. Guy CANAT dit :

    Il est admis que le régime méditerranéen et le meilleur pour la santé et que tout le monde devrait s’en inspirer. Mais à travers les innombrables publications qui existent sur cet inépuisable sujet concernant notre santé, il n’est pour ainsi dire jamais fait état des régimes les plus appropriés aux divers groupe sanguin. Pourtant on sait que par exemple les groupes O et A sont deux groupes opposés, ce qui veut dire que le régime idéal pour les O sera contre indiqué aux A, donc nuisible pour leur santé et vice versa. En poussant plus loin, on pourra dire également qu’un traitement médical approprié pour les A sera sans effet pour les B ou les AB et dangereux pour les O…Il est donc impossible d’établir de prescriptions sans tenir compte de ces particularités.

  6. Coutineau dit :

    Bonjour M.Dupuis,
    A propos de mauvaises dents, pourriez-vous faire un enquête approfondie sur le mercure dans led amalgames dentaires.
    Je suis infirmière et ancienne grande voyageuse donc hyper vaccinée, j’ai un syndrôme de Gougetot Sjogren avec une neuropathie périphérique, et un tas d’amalgames avec mercure qui ne sont pas dangereux dans ma bouche mais que le dentiste fait évacuer avec moultes précautions.
    Il faut que le scandale des amalgames fasse grand bruit
    Merci M.Dupuis
    Je vous ecris alors que j’ai fait une Nième trntative de suicide

  7. Anne dit :

    Bonjour !

    Hum… 2 toutes petites précisions :

    1) il y a des gens qui se gavent de choses sucrées, et qui ont des dents en très bon état.
    Autant qu’il y a des gens qui mangent très peu de sucre et qui ont des dents « pourries ».
    Je suis née peu après la 2e guerre, on ne mangeait pas de sucreries dans ma famille. Les bonbons restaient tellement longtemps dans l’armoire de la cuisine qu’ils finissaient par coller et ma mère faisait de la « limonade » avec. Beurk…
    Une plaque de chocolat par mois pour toute la famille… Un dessert aux grandes occasions… On ne peut pas dire qu’on encourageait la gourmandise. 😀
    J’ai TOUJOURS eu des dents lamentables. Et mal plantées par surcroît, ce qui me fait la « tronche en biais » au sens propre, ce qui me fait redouter les séances photos (et je ne parle pas des nouveaux fantasmes photographiques de nos autorités administratives, qui sont une catastrophe pour les gens comme moi) 😉
    Et ceci est dû aux carences supportées par les populations après cette guerre. 🙁

    2) Elizabeth 1ère d’Angleterre, ce n’est pas le Moyen Âge. 🙂
    Le 16e siècle, c’est la Renaissance.
    C’est le grand développement de toute la créativité délirante tant en mode qu’en cuisine et autre.
    Le sucre de canne est en effet en Europe au Moyen Âge, car il y avait des plantations de canne à sucre (et de riz, d’ailleurs) en Sicile (royaume « siculo-normand ») dès le 12e siècle.
    Mais ce produit était réservé d’une part à l’apothicairerie et d’autre part aux gens extrêmement fortunés (càd les nobles, et encore pas tous…) car il coûtait très cher, au même titre que les épices.
    Le miel en revanche était plus couramment utilisé à un niveau socialement moins favorisé. Et le miel ne produit pas de caries, en principe. 😉

    Bien à vous.

  8. Agostini dit :

    Bonjour mais par quoi remplacer le sucre ?

    • Brigitte dit :

      Il s’agit d’abord de supprimer les sucres raffinés et trafiqués, et d’utiliser à la place les sucres naturellement présents dans les fruits (frais, secs, oléagineux…), les céréales, les légumes, les féculents, et occasionnellement du miel, du sucre de coco, etc… Donc cuisiner soi-même, diminuer les quantités de sucre préconisées dans les recettes de pâtisserie, apprécier d’autres saveurs (avec les épices par exemple).

      Mais il faut surtout se déshabituer du goût sucré, entretenu par les gâteaux, boissons et plats tout prêts « industriels », et ne pas sucrer ce qui n’a pas besoin de l’être (café, thé, compotes, etc…).

  9. SANTORIN dit :

    Je suis d’accord sur ce principe mais nous ne sommes pas tous égaux et mon mari qui mange énormément de sucrerie comme haribo n’a pas de problème de dents à 57 ans

  10. Brigitte dit :

    Merci Jean-Marc pour cet article très complet !
    Tu soulignes un point important : observer les régimes ancestraux (sans tomber dans l’excès du « c’était mieux avant ») est souvent très formateur. Ceux des méditerranéens, des hommes préhistoriques chasseurs-cueilleurs, des Romains, mais aussi des habitants d’Okinawa, sont des preuves évidentes que l’alimentation est une des meilleures garanties de notre bonne santé.
    Le sucre, comme le gluten, est malheureusement ajouté en abondance dans les plats industriels, avec les risques de maladies que tu décris… alors qu’il existe tellement d’aliments beaucoup plus sains pour se faire plaisir en mangeant, sans se ruiner la santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *