Que mangeaient les Grecs Anciens ?

Nous avons conservé beaucoup d’éléments de la civilisation grecque :

  • La philosophie
  • Une littérature
  • Une esthétique
  • Une architecture
  • Le théâtre
  • La démocratie
  • Les Jeux Olympiques

Mais que reste-t-il de leurs traditions culinaires ?

Nous allons voir ça ensemble.

Combien de repas par jour ?

Comme nous, les Grecs prenaient trois (parfois quatre) repas par jour :

  • Akrastimos, le petit-déjeuner
  • Ariston, le déjeuner
  • Hesperisma, le goûter, pas systématique [1]
  • Deipnon, le dîner, qui se terminait parfois avec un petit-dessert [2]
  • Symposium, le banquet, pour les occasions spéciales

À mon grand étonnement, les Romains avaient des habitudes différentes. L’historienne de l’alimentation Caroline Yeldham explique :

« Les Romains croyaient qu’il valait mieux pour la santé manger un seul repas par jour ». « Ils étaient si soucieux de leur digestion que manger plus d’un repas par jour était considéré comme de la gloutonnerie. »

Nos trois repas quotidiens sont donc un héritage des Grecs… mais qui sait si les Grecs ne l’avaient pas emprunté à une civilisation antérieure…

Un petit-déjeuner… frugal

Les archives nous ont révélé que les Grecs prenaient leur petit-déjeuner, Akratismos, au lever du soleil [3].

Akrastimos signifie « pain trempé dans du vin non-mélangé ». Pourquoi trempé ? Sans doute pour ramollir le pain sec. Le petit-déjeuner des Grecs était donc frugal !

Ils précisaient « vin non-mélangé » car les Grecs coupaient généralement leur vin avec de l’eau.

Boire du vin pur était la marque d’une culture décadente qui aime l’ivresse. On peut imaginer que les Grecs ne toléraient le « vin non-mélangé » que pour y tremper leur pain.

Autre détail intéressant : dans l’Antiquité, les deux céréales les plus courantes sont le blé et l’orge. On cultivait plus rarement du millet et du seigle. Le pain du pauvre était typiquement préparé avec de l’orge.

Les gourmands mangeaient des teganites (τηγανίτης), qui ressemblent aux crêpes américaines. Les teganites étaient préparées avec de la farine de blé, du lait caillé et de l’huile d’olive, et servies avec du fromage râpé et du miel. C’est un plat que l’on sert encore en Grèce aujourd’hui.

Curieusement, les Grecs ne buvaient jamais de lait, à moins que le médecin ne le leur recommande. Et ils considéraient que le beurre était pour les barbares.

Un déjeuner de roi ?

Le déjeuner se prenait hors de la maison, un peu après midi.

Les Grecs l’appelaient ariston ! – « le meilleur ! » (racine qu’on retrouve dans aristocrate), ce qui laisse présager d’un festin !

Pourtant, le déjeuner des Grecs n’avait rien de pantagruélique… il consistait de pain, d’olives, de fromage, de fruits (figues, raisins…), et parfois de poisson en saumure (un peu comme de la morue ou des kippers).

Ils dînaient au coucher du soleil…

S’ils prenaient un goûter (hesperisma), ce qui était rare, alors ils sautaient le dîner.

Autrement, le vrai dîner grec, « deipnon », signifie « diviser en parts égales ».

Le deipnon était le repas le plus consistant. Il se prenait à la maison.

Le dîner grec était composé de trois éléments – Sitos, Opson et Oinos :

  • D’abord le Sitos : des plats simples à base d’orge, de lentilles ou de blé1
  • Pour accompagner, on servait l’Opson (« condiments ») : des fromages, de la laitue, des œufs, des crustacés, de l’anguille, du mulet, du thon, des crustacés, ou des petits oiseaux (comme des passereaux).
  • Ensuite arrivaient les viandes : de la chèvre, du mouton, du porc, du bœuf ou de la volaille
  • Pour terminer, on servait l’Oinos : c’est à ce moment qu’on commençait à servir le vin (toujours coupé à l’eau) et les tragemata (desserts) : gâteaux, pâtisseries, fruits frais ou secs, noix, miel, crème grumeleuse (comme la clotted cream)1.

Il faut se souvenir que les Grecs ne connaissaient pas le sucre. La canne à sucre nous vient d’Asie du Sud-Est. Et l’extraction du sucre de la betterave a été décrite pour la première fois par Olivier de Serres au 17e siècle.

Mythes et réalités sur les banquets grecs

Les banquets (Symposia) étaient encore plus copieux. Des spectacles de chant et de danses servaient de divertissement aux convives. La coutume voulait que l’on portât une couronne sur la tête… pas seulement comme ornement, mais pour les vertus thérapeutiques des plantes contre les migraines du lendemain, par exemple…

On se représente les Grecs comme mangeant allongés. En réalité, il semble qu’ils mangeaient plus souvent assis. Ils pouvaient se permettre de s’allonger en fin de banquet.

On dit que les Macédoniens qui avaient tué un sanglier sans filet avaient le privilège de manger allongé.

Les historiens pensent que les hommes mangeaient entre eux (les danseuses étaient admises). Tandis que les femmes, les enfants et les domestiques (esclaves) mangeaient de leur côté.

Kykeon, la boisson qui s’est perdue

Contrairement à ce qu’on imagine, les Grecs buvaient de l’eau avant tout. Les riches buvaient du vin. Les pauvres s’autorisaient parfois un Kykeon, une sorte de shake à base de farine d’orge mélangée dans de l’eau avec de la menthe et du thym.

À ma connaissance, le Kykeon n’a pas survécu jusqu’à nos jours.

Les Grecs connaissaient également l’hydromel (alcool à base de miel) qui s’est propagé partout en Europe. Mais les Grecs utilisaient l’hydromel comme boisson médicinale rafraîchissante.

À titre personnel, je suis un grand amateur d’hydromel.

Et vous ? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires.





Consulter les sources :

[1] https://books.google.ch/books?id=NVvMBQAAQBAJ&lpg=PA7&ots=kws38PW-sd&dq=ariston%20meal&hl=fr&pg=PA7#v=onepage&q&f=false
[2] https://www.thespruceeats.com/eating-like-an-ancient-greek-1705715
[3] http://www.ancientworldalive.com/single-post/2015/06/03/Ancient-meals-and-eating-habit-Part-1-Greeks


15 réponses à “Que mangeaient les Grecs Anciens ?”

  1. Schneider dit :

    Schneider dolores comment faire je ne supporte pas les plantes et pourtant j’aimerais bien suivre vos conseils aide moi

  2. Bourbon Muryel dit :

    L’hydromel c’est bien quand il est frais. Est ce l’hypocrase vient de la grèce antique ou ce mélange de vin et d’épices a-t-il été inventé plus tard. Et à quelle occasion ils le buvaient ?

  3. Mercier Françoise dit :

    Comlme les romains, je ne fais qu’un vrai repas par jour, à midi ou 13h
    Un grand bol de crudités variées avec une tranche de pain bio
    du poisoon vapeur ou des oeufs avec céreales ou légumes vapeur, très rarement de la viande (poulet bio)
    Un petit morceau de fromage avec une tranche de pain, de la salade verte et des noix.
    2 grands verres de vin rouge bio
    Un fruit et 2 ou 3 cafés bio
    Rien après sauf du thé vert ou Oolong
    Je fais un petit déjeuner mais ultra lèger avec: beaucoup d’eau Salvetat, un demi petit verre de jus de pamplemousse, un yaourt soja nature avec des baies séchées et un grand mug de thé. Jamais de sucre ajouté.
    Le soir rien sauf thé vert et beaucoup d’eau. Parfois un whisky tourbé mais un dé à coudre (ou une cuillère à café de rhum dans mon dernier café de midi).
    Si j’ai du mal à digérer, du vinaigre de cidre bio dans un peu d’eau (très efficace)

  4. Elzbieta Surma dit :

    Très intéressant publicité, on peux lire encore.

  5. BESSON dit :

    j’ai beaucoup voyagé en Russie où l’hydromel (appelé Miot) est courant

  6. Jumik dit :

    Oui l’hydromel est excellent, on en trouve lors de fête historique du moyen âge, comme c’est le cas tous les ans à Salon de Provence…

  7. Michel Hébrard dit :

    C’est toujours très intéressant de savoir ce que nos anciens faisaient, mangeaient ou comment ils vivaient, même si la vie était différente, et elle l’était, il serait très bénéfique de couper cette propension à l’accumulation alimentaire entretenue, depuis des décennies, par la multiplication des grandes surfaces de ventes ( avec mal bouffe en prime ) et le frigo souvent bien rempli accentué par des métiers de plus en plus bureaucratiques, signifiant inactivité physique. (Et on se plaint de constater de + en + de cancers ?)..Cela devrait être enseigné dès l’école .

  8. Jean-Claude Féret dit :

    Bonjour, ce commentaire n’est que mon opinion personnelle ainsi que mon mode de vie en général, mais pourtant étayée par des recoupements et observations diverses… le contre-pied absolu par ex. du « breakfast » anglais… à remarquer que le mot signifie : « rompre le jeûne », l’équivalent exact de notre « dé-jeûner », bien que totalement différent dans la réalité des faits.
    Mais d’abord, qu’est-ce qu’un jeûne (mais ça, ici vous le savez) et comment doit-on procéder ?
    1) quelques jours avant, on réduit progressivement
    l’alimentation, généralement des crudités/fibres.
    2) le jeûne proprement dit où l’on boit uniquement. Théoriquement, de l’au, mais comme je n’aime pas l’eau j’y ajoute quelques gouttes de citron, ou encore je bois parfois du kéfir de fruits)
    3) la fin du jeune qui elle aussi se fait de manière progressive, est calculée en général pour être égale à 1/3 de la durée du jeûne, par exemple, pour un jeûne moyen de 3 semaine, la 4e semaine retourne progressivement à l’alimentation normale (on ne se précipite pas sur un cassoulet ou un couscous royal.
    Ainsi, je pense que dans la vie normale, la nuit est un jeûne, donc, pour le préparer, le repas du soir devrait logiquement être léger, et, de même le petit déjeûner pour la reprise alimentaire (à l’envers de cette maxime célèbre chez les anglo-saxons : « le breakfast est le repas le plus important de la journée »… de là, leur bacon (poitrine fumée), et autres « kidney pies »…
    Comme le jeûne nocturne est le moment utilisé par le corps pour se réparer et se régénérer, il semble donc aussi souhaitable de prendre le dîner de bonne heure (18 ou 19 h).
    Cordialement

  9. Françoise Bilgin dit :

    Très intéressant ces infos sur les habitudes alimentaires des Grecs. On a tjrs tendance à s’imaginer que nos habitudes sont évidentes….
    Ce Kykeon ne serait-il pas une boisson fermentée ? Il existe encore en Turquie (où je vis) une boisson fermentée à base d’orge, ayant un aspect laiteux et épais, qui se boit le soir en hiver (du mojns pour les rares amateurs) mais froid. L’interpénétration des coutumes alimentaires ente la Grèce et la Turquie est connue. Que dire de la mode du kefir qui se répand un peu partout ? Les Turcs ont aussi l’ayran, ce yaourt liquide salé, qui est un vrai remède quand on a pris un coup de chaud en été. On sait aussi que les peuples d’Asie centrale, comme les Kirgiz, fabriquent une boison fermentée à partir du lait de leurs juments… etc…. Cordialement, avec intérêt, Françoise

  10. Yve Leclercq dit :

    Il ne faut pas oublier que le deipnon est réservé aux familles les plus riches….La consommation de viande reste très limitée et occasionnelle! D’où toutes ces références dans Homère à l’odeur de la viande rôtie lors des sacrifices en l’honneur des dieux que les officiants partagent ensuite dans l’assistance. Les portions étaient forcément réduites, sauf quand on faisait une « hécatombe « , c’est à dire le sacrifice de cent boeufs ! Ce qui n’est pas sans rappeler également le partage de l’hostie chez les chrétiens…Pour beaucoup, c’était l’odeur du rôti qu’ils connaissaient! Ne parlons pas des esclaves, qui mangent les restes!

  11. Michelle Laroche dit :

    Bonjour Mr Müller ,
    J’ai bien aimé . C’était passionnant . Merci.

  12. haicault dit :

    merci pour ces infos agréablement présentées. On aimerait savoir ce que mangeaient les femmes qui vous l’avez dit mangeaient à part des hommes, comme chez nous pendant longtemps, debout et après, c’est à dire ce qui restait, et aussi savoir ce que mangeaient les travailleurs, les métèques . Merci c’est vraiment une belle idée d’échanges Monique Haicault

  13. michele alex bleses dit :

    le kikeon ressemble fort à la Tsampa des Thibetains : farine d’orge mélangée avec du thé et du beurre . Nourriture des pauvres .

  14. Ammar Naoual dit :

    Dans l’ile De Djerba et d.autres régions du sud de la Tunisie on consomme tous les jours une boisson épaisse à base de farine d’orge grillé mélangée à plusieurs épices avec un peu d’huile et beaucoup d’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *