Stents et angioplastie : la vérité a du mal à passer !

Stents et angioplastie : la vérité a du mal à passer !

Suite à ma lettre vous mettant en garde contre l’angioplastie (augmenter le diamètre des artères avec un petit ballon), plusieurs lecteurs m’ont signalé qu’ils avaient eu la vie sauvée grâce à cette procédure.

C’est en effet le cas lorsque l’opération est réalisée dans les 12 heures qui suivent un infarctus. Un infarctus est un accident au cours duquel une artère se bouche et bloque l’arrivée du sang dans le myocarde (muscle du cœur).

L’angioplastie, réalisée en urgence, permet alors de rétablir la circulation sanguine et de sauver la vie du patient. Sans cela, le myocarde est irrémédiablement détruit et le patient décède, ou garde de graves séquelles liées à une insuffisance cardiaque. Partiellement détruit, le muscle du cœur n’est plus assez puissant pour faire son travail.

Mais mon précédent article ne concerne pas les personnes inconscientes qui sont transportées toutes sirènes hurlantes vers l’hôpital, suite à un accident cardiaque. Chez Néo-nutrition, nous ne traitons pas de la médecine d’urgence mais des personnes qui ont des problèmes de santé nécessitant une réflexion, des choix.

La grande majorité de nos lecteurs, toutefois, ne sont pas malades. Ils lisent Néo-Nutrition pour rester en bonne santé et prendre les meilleures décisions quand celle-ci se dégrade.

 

L’angioplastie ne vaut plus la peine un jour après l’infarctus

Les cardiologues sérieux sont aujourd’hui d’accord sur le fait que réaliser une angioplastie un jour après un infarctus, ou plus tard, n’est plus forcément nécessaire..

Le sujet est désormais clos et, pour les personnes qui auraient encore des doutes , je les invite à lire cet intéressant article publié par l’Ecole de Médecine de Harvard, intitulé : « L’angioplastie un jour après une attaque cardiaque ne vaut pas la peine »

En cas d’accident, appelez le SAMU !

Ceci est l’occasion pour moi de faire un rappel important au sujet de Néo-nutrition.

Ainsi que nous l’expliquons périodiquement, les médecines douces et alternatives ne sont pas des médecines d’urgence.

Lorsque vous faites un accident cardiaque, cérébral, rénal, pulmonaire, une hémorragie ou autre, inutile de nous écrire ou de vous tourner vers un naturopathe : il faut appeler le SAMU ou les pompiers !! (Composez le 15, le 18, le 112, le 118, le 911, selon l’endroit où vous vous trouvez.)

Notre système de santé est organisé pour les grandes urgences. Certes, depuis quelques années, le système a tendance à être de moins en moins performant mais il reste toujours incomparablement supérieur à toute autre solution que vous pourriez imaginer. D’aileurs, aucun naturopathe, herboriste, homéopathe ou nutritionniste n’a jamais prétendu rivaliser avec les hélicoptères, les centres de transfusion, les chirurgiens et les services de réanimation pour sauver des vies lors d’un danger de mort imminent.

Dans nos lettres, nous ne traitons que des cas où l’on a le temps de réfléchir, de se poser des questions, d’essayer plusieurs solutions.

Ce qui veut dire que, si vous avez fait un infarctus et que le médecin vous a sauvé la vie grâce à une angioplastie et qu’il a jugé utile de vous poser un stent en urgence, remerciez-le. L’opération était vraiment indispensable.

Bien à vous,

Eric Müller

Sources:

[1] Archives of Internal Medicine, published online July 11, 2011

3.4 19 votes
Évaluation de l'article

5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Claudine Bouclier
1 mois il y a

Oui j’ai eu deux interventions avec 3 stens avant d’avoir des gros problèmes et cela c’est merveilleusement passé avec un Professeur en cardiologie et suivie tout les 6mois vraiment très contente

MELINE maurice
1 mois il y a

Bonjour,

C’était en 2004, je me suis trouvé tout à coup en situation de pré-infarctus, qui me faisait m’arrêter de marcher même normalement.
Le cardiologue que j’ai consulté après l’examen de mon électro cardiogramme, m’a envoyé à l’hôpital (non en samu) pour me poser des stents (2actifs + 1 non actif en raison de la configuration de l’artère)
Depuis mon coeur se porte très bien, en suivant bien sûr des traitements naturels homéopatiques et phytotérapeutiques, et en contrôlant mon alimentation

Votre exposé n’explique pas pourquoi un stent non en urgence immédiate ne pourrait pas être bénéfique.
Cordialement
mm

Martial CONVERT
1 mois il y a

Bonjour !
Abonné à ABE, je suis aussi un de vos fidèles lecteurs et je tiens à exprimer mon désaccord avec l’inutilité de l’angioplastie plus d’un jour après l’infarctus !
En effet, il y a plus de treize ans, j’ai fait un infarctus dans la nuit du lundi au mardi.
Transporté par le SAMU à l’hôpital de MÂCON, j’avais subi une coronarographie le mardi à 11 heures mais l’hôpital ne pratiquant pas d’angioplastie, j’avais été transféré à l’hôpital de la Croix Rousse à LYON le mercredi pour subir la pose d’un stent le jeudi à midi.
Soit deux jours et demi après le début de l’infarctus.
Plus de 13 ans et demi après les faits et à presque 77 ans, je poursuis une vie quasi normale, pratiquant 6 à 8 kms de marche rapide 3 ou 4 fois par semaine et effectuant des travaux de jardinage et de bricolage.
Sauf à être un cas particulier, l’angioplastie pratiquée deux jours et demi après l’infarctus m’avait sauvé !!!

tessier marie Claude
1 mois il y a

Si les articles conseillés pouvaient être en français
Ça aiderait beaucoup plus
De gens concernés

Merci et bonne journée

BARILLET Andrée
1 mois il y a

Bonjour, j’ai subi une angioplastie et la pose d’un stent ( petit ballon pour élargir l’artère ) en décembre 2016 suite à un constat de ma cardiologue en octobre 2016 m’informant que ma valve aortique était pratiquement bouchée ( je vous passerai les termes techniques ) et que je devais être opérée à coeur ouvert le plus tôt possible avant la fin de l’année 2016. Après consultation et moult examens à la clinique Pasteur à Toulouse, nous avons opté pour un TAVI, l’opération du coeur étant risquée pour moi, 82 ans, et devant m’occuper de mon mari, 86 ans, malade du coeur ( insuffisance cardiaque ) et Alzheimer. Je dois reconnaître que ce TAVI m’a sauvé la vie ou me l’a prolongée puisqu’il est dit que l’on peut vivre 6 à 7 ans supplémentaires si tout va bien et j’arrive bientôt à l’échéance. Je pense effectivement aujourd’hui que si j’avais su!!! j’aurais fait davantage attention à mon alimentation bien avant. Moins de graisse, moins de sucre même si je ne suis pas une grosse mangeuse et j’aurais, peut-être, évité ce qui m’arrive aujourd’hui car, en dehors de cela, je suis en bonne santé, j’aime la vie, mes enfants merveilleux, mes petits-enfants tout aussi merveilleux et après des années à m’occuper de mon mari, il serait temps que je profite de la vie malgré le COVID;
Bien cordialement. Andrée